"Les modèles collaboratifs dopent l'innovation"

Par 02 septembre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Pour favoriser l'adoption par les professionnels des usages liés aux nouvelles technologies, il faut encourager les échanges et proposer des modules d'accompagnement adaptés.

Entretien avec Isabelle Flory, responsable du secteur public et des initiatives stratégiques chez Intel France. L'Atelier l'a rencontré aux journées "Ruralitic", à Aurillac.
L'Atelier : Comment amener les professionnels - en particulier les responsables des petites entreprises - à adopter les nouvelles technologies ?
Isabelle Flory : L'enjeu n'est pas tant d'amener les professionnels à adopter les nouvelles technologies en tant que telles, mais plutôt de les encourager à adopter les usages que permettent ces outils innovants. Du point de vue des industriels, cela consiste donc à rendre intelligibles des "produits"- matériels informatiques, logiciels, etc. - en "solutions" pour les entreprises. Les petites et moyennes entreprises (PME) ne doivent pas être en retard par rapport aux évolutions du numérique, aussi est-il important de raccourcir les délais, notamment via des solutions clés en main de cloud computing. La sensibilisation des professionnels aux usages liés aux nouvelles technologies passe par une approche globale. Les industriels s'associent aux chambres de commerce, aux autorités publiques spécialisées, et un maillage territorial permet également de se rapprocher des petites structures professionnelles.
Cette notion de collaboration est donc fondamentale pour l'innovation ?
Tout à fait. L'innovation est toujours transversale. D'ailleurs, la réunion de PME et de grandes entreprises - qui travaillent de concert à l'aboutissement de projets innovants - est une tendance lourde. Du côté des petites structures,  cela leur permet de bénéficier d'une plus grande visibilité, et d'entrer dans la compétitivité au niveau international ; du côté des grands comptes, cela favorise la création. Les petites et moyennes entreprises constituent en effet le vrai moteur de l'innovation. C'est une question de culture, de souplesse, et d'organisation. Aujourd'hui les grandes entreprises savent pertinemment que l'innovation passera par leurs partenariats avec des plus petites entreprises.
Cela implique-t-il un changement culturel, et structurel?
Oui. On passe d'une communication fondée sur un modèle hiérarchique - une communication avec de multiples relais, très lente, et qui s'adapte assez peu - à de vrais modèles collaboratifs, dits "many to many", où chacun est à la fois créateur d'informations et de richesse, et récepteur. Il s'agit d'un modèle matriciel beaucoup plus efficace en matière d'innovation. Chacun a le choix des moyens - car les nouvelles technologies ne sont que des moyens - pour aboutir aux objectifs recherchés. Un manager accompagne chaque équipe, et leur offre les outils appropriés pour favoriser l'émergence d'idées nouvelles. C'est toute la notion de l'"intelligence collective". Ces modèles ont par ailleurs l'avantage d'être très attractifs auprès de la génération Y - les jeunes salariés souhaitant faire valoir leur créativité dans des structures souples.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas