"Les deux modèles rentables des réseaux sociaux", par Marc Simoncini

Par 21 avril 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

A la suite de l'intervention de Michel Dahan, c'est Marc Simoncini, le co-fondateur d'i-France et le fondateur de Meetic, premier site de rencontres en ligne européen, qui s'est exprimé sur les modèles gagnants des réseaux sociaux...

A la suite de l'intervention de Michel Dahan, c'est Marc Simoncini, le co-fondateur d'i-France et le fondateur de Meetic, premier site de rencontres en ligne européen, qui s'est exprimé sur les modèles gagnants des réseaux sociaux. Rapide, précise, son intervention est allée en quelques minutes à l'essentiel : « Au-delà des concepts intellectuellement intéressants, quels sont les vrais bons modèles économiques des réseaux sociaux ? » a-t-il lancé en introduction.
Les modèles des « réseaux sociaux », qui sont selon lui très simplement des communautés d'internautes, ont deux possibilités pour être rentables : soit répondre par des services payants à un besoin authentique, soit miser sur un modèle publicitaire. « La question du besoin est essentielle » a-t-il poursuivi, rappelant qu'actuellement le site Linkedin, de communauté de professionnels, repose sur un besoin pas assez fort pour passer en mode de souscription.
Avec clients, 7 millions d'euros récemment levés, Meetic symbolise à l'instar de Kelkoo l'un des succès de l'Internet français. La stratégie de vente n'étant pas envisagée, quelles sont les perspectives de développement pour Meetic ? « Une entrée en bourse prévue pour le second semestre de cette année, et un projet pour les 18/24 ans basé sur la puissance transactionnelle du Web et l'adhésion des jeunes aux technologies mobiles » explique Marc Simoncini.
Propos recueillis par Jean de Chambure.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas