Le monde virtuel pilote les centres de données

Par 29 février 2008
Mots-clés : Smart city

IBM développe un système virtuel en 3D de gestion des centres de calcul. Une solution qui semble particulièrement adaptée pour la supervision des ressources informatiques dispersées.

Il était déjà possible de visualiser en trois dimensions des usines de production. IBM étend le concept aux usines à traiter des données que sont les centres de calcul : le but étant d'avoir un aperçu en temps réel de l'activité de l'ensemble de ses ressources informatiques depuis une unique application. Big Blue teste actuellement le concept au sein de la société suisse Implenia, où il a mis en place une solution de "centre de données virtuel". Celui-ci intègre des répliques virtuelles des serveurs, racks, réseaux, des équipements d'alimentation électrique et des systèmes de refroidissement. Une nouvelle façon d'appréhender le management des ressources informatiques largement dispersées à l'heure de la globalisation, selon IBM.
Plate-forme collaborative
"Visualiser les informations sur les centres de données via le texte qui n'est qu'un format 2D – même en temps réel – ne donne qu'une vision partielle au responsable informatique, ce parce que notre cerveau est fait pour le visuel et le son", explique Michael Osias, chercheur chez IBM et créateur du service de centre de données 3D. Le système autorise le travail collaboratif. Il intègre une fonction de messagerie instantanée, et permet également la collaboration directe au sein de l'interface 3D. Concrètement, les collaborateurs sont à même de travailler simultanément sur un élément de l'architecture informatique, et d'en voir les résultats en temps réel, avance IBM.
Simulations 3D
Cet univers de gestion en trois dimensions favorise la mise en œuvre de simulations et de scénarios visant à évaluer les capacités du système dans des cas particuliers. Une capacité de modélisation permettant d'effectuer des exercices autour de la planification des ressources énergétiques, des systèmes de refroidissement, d'évaluer le potentiel de récupération de l'architecture suite à des défaillances, etc. L'utilisateur peut y déplacer et modifier les différents éléments du système et leur appliquer des données, qu'elles soient réelles ou simulées. Cette plate-forme, encore en phase de développement, est basée sur le serveur de mondes virtuels open source OpenSim. Elle assure actuellement la supervision de huit implantations dispersées pour Implenia.

L'Atelier BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas