Le monopole de retransmission du foot risque bien d'être perdu par

Par 19 août 1997
Mots-clés : Future of Retail

Canal+ Espana. Contrôlée par Canal+ France et le groupe Prisa, Canal+ Espana pourrait bien, à moins de deux semaines du début du championnat espagnol, devoir partager ses droits de retransmission du...

Canal+ Espana. Contrôlée par Canal+ France et le groupe Prisa, Canal+
Espana pourrait bien, à moins de deux semaines du début du championnat
espagnol, devoir partager ses droits de retransmission du football en
système de pay per view avec le bouquet rival emmené par Telefonica, Via
Digital qui doit commencer à émettre à la mi-septembre. Telefonica ayant
pris, le 23 juillet dernier, le contrôle d'Antena 3 Television détenue
jusque là par un allié de Canal+ Espana, Antonio Asensio, le rapport de
force au sein d'Audiovisual Sport, organisme chargé de gérer les droits de
retransmission du foot, s'est considérablement modifié. Avec 40 % du
capital, Canal + s'est retrouvé en minorité face à l'alliance entre la
nouvelle Antena 3 (40 %) et à la chaîne catalane TV (20 %). Cela explique
pourquoi, Audiovisual Sport, lors de son assemblée générale d'hier,
s'apprêtait à accepter l'offre très importante (5,2 milliards de F pour
les six prochaines saisons) faite par Via Digital pour partager les droits
de retransmission, offre à laquelle bien entendu Canal+ Espana qui entend
préserver son monopole, s'oppose de toutes ses forces. De manière
préventive, Canal+ Espana a porté l'affaire devant les tribunaux en
indiquant que sa filiale digitale est jusqu'à l'an 2003 la véritable
propriétaire des droits, l'Audiovisual Sport n'en étant que l'usufruitier.
Si les contrats passés par Canal + lui accordent bien le monopole jusqu'à
cette date, Via Digital de son côté précise que ceux-ci ne commencent à
courir qu'à partir de la saison 1998. Jusqu'à présent, bien que ne s'étant
pas prononcé sur le fond, le juge a donné raison à Via Digital. De plus, à
l'automne 1998, la loi interdisant les monopoles de retransmission entrera
pleinement en vigueur rendant ainsi la position de Canal+ extrêmement
précaire. Vraisemblablement, Audiovisuel Sport devra partager les droits
entre les deux bouquets qui ont chacun leurs clubs (27 clubs de première
et deuxième division pour Vial Digital, la plupart des autres pour
Canal+). D'autres bagarres se profilent à l'horizon dans ce cas, car sans
accord entre les deux bouquets ce qui parait difficile à obtenir, un match
entre deux clubs de clans opposés ne pourra pas être retransmis .......
(La Tribune - 19/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas