La montre, locomotive du mouvement IoT ?

Par 26 mai 2014 1 commentaire
montre

Les prochains mois réservent un bel avenir aux montres connectées. Toutefois, il apparaît primordial de relever les défis relatifs aux questions de sécurité.

Nos objets du quotidien se connectent peu à peu, investissant tous les secteurs. A ce propos, la semaine dernière, L'Atelier décryptait la tendance IoT (Internet of Things) à travers une enquête. Ces objets équipés de capteurs, d'un ordinateur interne et d'une connexion qui permettent la récolte de données utilisateur, semblent se présenter aujourd'hui comme un relais de croissance pour l'industrie des accessoires mobiles. Et les Français semblent prêts à embrasser ce mouvement. Ainsi, d'après une enquête réalisé pour Microsoft, le concept d'"objets connectés" apparaît clair pour plus de six Français sur dix (61%). De plus, ces objets bénéficient d'une imagine positive auprès de la population puisqu'ils sont 82% à estimer que les objets connectés sont utiles et facilitent leur vie quotidienne. Près de une huit personnes sur dix considèrent même  que ces objets constituent une véritable révolution numérique. Enfin, avec près de 18 millions d’unités attendues sur 2014, le smartphone sera, une nouvelle fois, le produit le plus acheté parmi les biens techniques en France, d'après les estimations de l’institut GFK. Celui-ci, fort d’un parc actif qui dépassera les 35 millions en 2014, génère une multiplication d'accessoires qui lui sont liés. Parmi eux, la montre ressort en tête de liste..

Le nouveau bracelet

Les montres connectées étaient à l'honneur lors du MWC cette année à Barcelone, le salon mondial dédié aux télécoms. Déjà pressenties comme l'objet de l'année 2014, une étude GFK vient le confirmer. Lancées dans la grande distribution il y a quelques mois seulement, les montres connectées se sont déjà écoulées à 35 000 unités chez les distributeurs. De plus, elles bénéficient déjà d'un taux de taux de notoriété de 70%, toujours d'après l'étude GfK. Et cette tendance est vouée à se confirmer. En effet, pour l’institut GfK, ce sont plus de 150 000 ventes de montres connectées qui devraient être vendues cette année, soit cinq fois plus que le nombre de bracelets connectés vendus en 2013. Ces montres connectées s'inscrivent dans une dynamique plus globale qui consiste à offrir à l'utilisateur une extension naturelle du Smartphone tout en apportant de nouvelles fonctionnalités autour de l’activité physique, de la santé. Cette croissance attendue des ventes de montres connectées laisse en revanche entrevoir une ombre sur les ventes de bracelets connectés commercialisés un peu plus tôt... Enfin, la montre s'inscrit comme une réponse aux attentes des Français en matière de mobilité puisque d'après l'étude iFop, 74% des Français souhaiteraient pouvoir interagir depuis leur smartphone ou tablette avec d'autres appareils.

L'éternelle question de sécurité

Sur un marché des objets connectés florissant, la montre pourrait ainsi être un véritable moteur. Néanmoins, des doutes subsistent sur la protection de la vie privée puisque d'après l'étude iFop, 92% des personnes interrogées jugent que ce nouveau type d'objet numérique soulève plusieurs questions à ce propos. Sentiment de méfiance confirmé dans le dernier rapport de la CNIL, où Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL, qualifie 2013 comme une “année de grande failles” concernant le nombre d'accès illicites aux données personnelles. Bien qu'ils reconnaissent le progrès que représentent ces objets, les Français ne sont pas rassurés sur ces questions. Ainsi, interrogés sur les fonctionnalités qu'ils souhaiteraient voir se développer à l'avenir pour les smartphones et tablettes numériques, la question de la sécurité ressort comme capitale : ils sont 92% à juger qu'il serait ainsi souhaitable qu'un dispositif de sécurité permettant de ne faire fonctionner ces appareils qu'entre les mains de son propriétaire soit instauré.  

Haut de page

1 Commentaire

Les montres et les bracelets connectés ne sont pas utilisés pour les même fins, les traqueurs d'activités sont destinés au quantified-self alors que les montres sont des objets connectés aux smartphones avec des fonctionnalités multiples comme les mails, sms etc.
A voir ce que les fabricants vont proposer dans les mois/années à venir, mais les moniteurs d'activité et les montres connectées vont subsister dans le même écosystème, surtout qu'un tracker est plus discret qu'une montre et se porte comme un bijou.

WeSanté

Soumis par WeSanté (non vérifié) - le 27 mai 2014 à 07h35

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas