Les moteurs de recherche et la vidéo : une nouvelle ère s'ouvre

Par 25 janvier 2005
Mots-clés : Smart city

Les moteurs de recherche entrent dans une nouvelle phase de développement. Google a annoncé que depuis le mois de décembre il avait commencé l'indexation de contenus pour un nouveau service...

Les moteurs de recherche entrent dans une nouvelle phase de développement. Google a annoncé que depuis le mois de décembre il avait commencé l'indexation de contenus pour un nouveau service aujourd'hui lancé en version bêta : Google Video .
Le public ciblé par Google est celui des téléspectateurs à la recherche de programmes du petit écran, qui pourront saisir les termes de recherche et trouver les fichiers vidéo dont la légende est en rapport avec leur requête. Pour ce faire, Google a commencé à indexer avec ses propres moyens des milliers d'heure de programmes diffusés par les chaînes PBS, C-SPAN, Fox News et ABC notamment.
Pour une fois, Google ne fait pas figure d'avant-garde : dans ce domaine, Yahoo s'est offert une longueur d'avance en annonçant aujourd'hui même la disponibilité sur son portail (l'une des pages web les plus visitées au monde) de la recherche vidéo. Sur la page d'accueil de Yahoo (dans sa version anglo-saxonne uniquement pour l'instant), il suffit à l'internaute de cliquer sur l'onglet "Video" pour effectuer une recherche dans les fichiers vidéo uniquement (voir un exemple de résultat sur Yahoo ).
Yahoo a indexé des programmes vidéo diffusés sur Bloomberg et sur BBC mais aussi des fichiers simplement postés sur Internet par les internautes. Et le moteur de recherche permet aux auteurs et réalisateurs de soumettre, s'ils le souhaitent, leurs fichiers vidéo pour indexation.
Google est assez loin de cela, même si l'on s'imagine aisément que le moteur de recherche fera tout pour rattraper son retard. Son service vidéo permet simplement de rechercher une légende d'extrait, de voir quelques images fixes extraites de chaque vidéo et d'obtenir des informations sur le programme télévisé dont est extraite la séquence (comme les horaires de rediffusion, par exemple).
Pourquoi Google semble-t-il si frileux ? De nombreux analystes outre-Atlantique expliquent que Google évite ainsi de pénibles batailles juridiques qui pourraient être menées contre lui par les grandes chaînes de télévision, soucieuses de voir leur audimat s'étioler. Le numéro un de la recherche en ligne avancerait donc prudemment, et devrait privilégier la signature d'accords avec les grandes chaînes.
A mesure que les loisirs numériques et Internet se combinent plus étroitement, les moteurs de recherche vont être contraints de se mettre rapidement à la vidéo. Certains l'ont bien compris depuis longtemps, à l'instar de la société Singingfish qui va offrir ses services au moteur de recherche de Microsoft MSN . De son côté, AOL travaille également sur le sujet, en étroite collaboration avec les start-up américaines Blinkx et IceRocket.com.
(Atelier groupe BNP Paribas - 25/01/2005 )

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas