Le Moyen-Orient piste son courrier à coup de puces

Par 08 octobre 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Moyen-Orient

Pour évaluer la qualité de ses services, la Poste du Qatar a piloté un projet d'utilisation de l'identification par radiofréquence. Les résultats étant positifs, la technologie pourrait être durablement adoptée.

Les puces RFID (Radio-Frequency IDentification) sont au centre d'une expérimentation menée par la Poste du Qatar afin de mesurer la qualité des services postaux au Moyen-Orient. Les services nationaux de gestion du courrier aux Emirats arabes unis et en Arabie Saoudite ont également participé à l'opération. Des systèmes d'identification par radiofréquence passifs et semi-actifs ont été déployés dans les centres de tri postal des trois pays concernés. L'objectif du dispositif était de suivre des "enveloppes tests" anonymes contenant des étiquettes RFID. Étiquetées puis envoyées par une société tierce, ces lettres ont été mélangées à des envois normaux. Elles ont été automatiquement détectées à l'arrivée et à la sortie du centre de tri. Avec cette initiative, les gouvernements ont pu appréhender les délais de livraison et les chemins empruntés par les plis.
 
Suivre toutes les étapes de l'acheminement du courrier
 
D'où également la création d'une base de donnée permettant de mesurer la qualité des services postaux, via les enregistrements des dates et des horaires de détection. Ce projet pilote pourrait constituer les prémisses d'une implémentation durable des systèmes similaires dans les postes de la région. Une manne pour des fournisseurs comme Motorola, dont la plate-forme RFID XR 480 était testée ici. Les Postes moyen-orientales ont en effet pu prendre des décisions à court comme à long terme sur l'avenir de leurs activités. Elles ont identifié certains retards de livraison et ainsi apporter les ajustements nécessaires. Sur le long terme, elles ont évalué le chemin moyen parcouru par une lettre, jugé de l'efficacité de son acheminement et le modifier si nécessaire. Les résultats de ce projet seront présentés à l'ensemble des vingt-deux nations arabes que compte la région. C'est là que sera décidé des suites à lui donner dans le cadre de l'UPU (Universal Postal Union).
 
Une plate-forme Motorola particulièrement appréciée
 
Celle-ci impose aux entreprises postales d'être en mesure de prouver l'efficacité de leurs livraisons. Autant dire que l'adoption durable de la RFID s'avérera très utile. "La preuve de l'efficacité de la RFID ayant été apportée, que ce soit en termes de suivi du courrier, de réductions des coûts et d'amélioration du service client, on songe de plus en plus sérieusement à adopter cette solution, notamment en ce qui concerne les livraisons de colis recommandés ou les envois à l'international" souligne Catina Aghayan, responsable qualité et développement de la poste Qatarite. L'Atelier s'est renseigné du côté de la Poste française. Il semblerait qu'une expérimentation du même type soit en cours depuis environ un an. "La RFID permet effectivement de mesurer et d'améliorer la qualité du service, notamment à l'international", y déclare-t-on. "Reste à l'intégrer totalement à nos outils de distribution".  

Haut de page

1 Commentaire

En tant qu'installateur, nous sommes intéressé par ce système de suivi de courrier.

Soumis par Léaument (non vérifié) - le 04 mars 2014 à 09h27

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas