Multiplication des acteurs autour du transfert d'argent mobile

Par 22 octobre 2009 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Afrique

Le marché du transfert de valeurs via les téléphones portables attire banques, opérateurs, constructeurs, fournisseurs... Ce qui n'est pas sans poser quelques défis aux législateurs. Et ce, notamment dans les pays émergents.

Plus d’un demi milliard de personnes vont utiliser des services de transfert d'argent par mobile d’ici 2014, affirme une étude de Juniper Research. "A l’heure actuelle on en est à peine à 50 millions d’utilisateurs", explique à L’Atelier Howard Wilcox, analyste senior chez Juniper Research. Cette progression concernera surtout les pays émergents, et particulièrement les personnes n’ayant pas accès à un compte en banque. Les entreprises aussi pourraient bénéficier d’un tel service. "On peut imaginer qu’elles payent leurs employés de cette manière". Selon Juniper, ce nouveau marché attire du coup de nombreux acteurs : les banques, les opérateurs téléphoniques, les constructeurs, mais aussi des start-up et des fournisseurs de service. Western Union, par exemple, cherche à pénétrer ce marché.
Un défi pour les législateurs nationaux
Reste que tous ces prétendants en lice vont devoir faire face à plusieurs défis d'ordre politique, commerciaux et de régulation pour lancer leurs services. Il est donc difficile de faire des prédictions sur ce que sera le futur de cette industrie naissante. "On peut quand même dégager certaines tendances", affirme Howard Wilcox. "En Afrique par exemple, les opérateurs mobiles cherchent à exploiter leur présence dans de nombreux pays". Quant aux questions de législation, elles sont aussi nombreuses. Un temps pris de court, les législateurs sont en train de rattraper leur retard même si la situation reste très variable selon les pays.
Payer ses employés avec le transfert mobile
En Inde, par exemple, la banque centrale n’autorise que les banques ayant une présence physique dans le pays à pratiquer le transfert mobile. "Le fait que les opérateurs mobiles proposent des services de ce type pose clairement des questions", explique l’analyste britannique. "Il est naturel que les pays cherchent à poser des limites". Autre défi, mettre en place un réseau d’agents suffisant et s’assurer qu’il y ait suffisamment d’argent liquide en circulation pour assurer la tenue du service. A noter : le mode de paiement le plus populaire reste le SMS. Des agents non bancaires (pharmacie, commerces...) transforment ensuite ce transfert en argent liquide.
 

Haut de page

2 Commentaires

Bonjour,
Effectivement la réglementation européenne (SEPA) qui va permettre une ouverture du marché en France dès le mois de Novembre 2009 (Application de la directive des Services de Paiements)à de nouveaux acteurs qui seront appelés des "Établissements de paiement" va favoriser de nouveaux usages qui restaient impossibles jusqu'à présents pour des raisons purement réglementaires. Les banques étant peu pro actives dans ce domaine. Avez-vous identifié d'ores et déjà l'arrivée de nouveaux acteurs, permettant d'offrir des solutions de paiements C2C (transfert d'argent entre particuliers) tant sur l'aspect techniques mais surtout habilités juridiquement à le faire (hormis PAYPAL, bien sûr :-) ?
Merci par avance,
Jean-David

Soumis par Rezaioff (non vérifié) - le 23 octobre 2009 à 16h56

Bonjour Monsieur, Madame

Je viens part la présente solliciter une demande partenariat pour la République Démocratique du Congo.

Dans cette attente Monsieur, Madame veuillez recevoir l'expression de mes meilleurs sentiments.

Jean-claude KONGOLO
00441582584683 ENGLAND
002429401504 CONGO
0032485422171 BELGIQUE

Soumis par jean-claude kongolo (non vérifié) - le 21 mars 2010 à 11h59

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas