La multiplication des offres d'accès gratuites à l'Internet inquiète.

Par 28 avril 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Depuis une semaine, les fournisseurs d'accès sont nombreux à offrir un accès gratuit à l'Internet. Dans une lettre ouverte, l'opérateur de télécommunications Colt explique "la qualité de l'accès g...

Depuis une semaine, les fournisseurs d'accès sont nombreux à offrir un
accès gratuit à l'Internet.
Dans une lettre ouverte, l'opérateur de télécommunications Colt explique
"la qualité de l'accès gratuit dépend pour grande partie de la capacité
d'interconnexion des opérateurs avec France Télécom et, à ce jour, du fait
de l'absence d'un modèle économique stable, du manque de concertation des
acteurs, France Télécom ne semble pas vouloir s'engager dans la fourniture
d'importantes capacités d'interconnexion qui permettrait de faire de
l'accès gratuit à grande échelle". Sans nier ce problème, France Télécom
promet de ne pas couper les "tuyaux" permettant à ce système de faire ses
premiers pas en France.
Tout en faisant valoir leur qualité de transmission et leurs services
annexes, les fournisseurs d'accès traditionnels faisant payer l'accès à
l'Internet, s'inquiètent eux aussi de cette nouvelle concurrence.
Contrôlé par Cegetel, AOL France ne s'estime pas menacé. Michèle Gilbert
d'AOL France souligne "la vogue des accès gratuits en Grande-Bretagne n'a
pas empêché AOL-UK de poursuivre sa croissance".
Si l'ensemble des offres d'accès gratuit va vraisemblablement attirer de
nouveaux utilisateurs, ce "boom" reste difficile à chiffrer. De nombreux
experts du réseau qualifient d'optimistes, voire de fantaisistes, les
estimations des promoteurs de l'accès gratuit.
Selon Christophe Sapet, le président de l'AFA (association des
fournisseurs d'accès français) et d'Infonie "c'est une offre séduisante
qui ne résoudra pas le problème du faible taux d'équipement informatique
des ménages français".
Ces offres sont "une arnaque" pour Alain Simeray, rédacteur en chef du
webzine Micro Bulletin Actu "le coût des abonnements est dérisoire par
rapport à la facture de téléphone que paye l'internaute, alors que l'accès
devienne gratuit ne change pas grand chose à la note globale. Pour les
gros utilisateurs, c'est même une goutte d'eau".
(Dépêche AFP du 28/04 parue dans Yahoo ! France - Le Figaro - Les Echos -
29/04/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas