MVNO : les opérateurs virtuels décollent, Tele2 en tête

Par 08 novembre 2005
Mots-clés : Digital Working

Après les sondages, place aux chiffes de l'Arcep (Autorité de régulation des télécommunications et des postes), qui prennent désormais en compte le parc des opérateurs mobiles virtuels actifs...

Après les sondages , place aux chiffes de l'Arcep (Autorité de régulation des télécommunications et des postes), qui prennent désormais en compte le parc des opérateurs mobiles virtuels actifs (MVNO), qui s'établit à 108 300 clients au 30 septembre dernier, portant le parc total de clients des opérateurs mobiles à 46,1 millions, soit 76,4 % de la population.

L'Arcep ne considère en réalité que cinq MVNO comme "actifs" (Transatel, Debitel, Omer Telecom, Neuf Cegetel et Tele2) mais d'autres existent et leurs résultats obligent à pondérer les chiffres de l'Autorité : M6 Mobile et Orange annonçaient par exemple début octobre que leur offre conjointe avait séduit plus de 100 000 clients...

Au cours du troisième trimestre, les opérateurs mobiles ont enregistré 715 600 nouveaux clients selon l'Arcep. Parmi ces derniers, 67 100 ont opté pour un opérateur virtuel, soit un peu moins de 10 %, ce qui porte la part de marché des MVNO à 0,24 % du parc national.

Les MVNO qui louent des capacités de réseaux aux opérateurs traditionnels sont censés rendre le marché plus compétitif, mais ils peinent à influencer ce dernier en raison de leur faible taux de pénétration : les trois "grands" opérateurs, Orange, SFR et Bouygues Telecom, se partagent toujours l'essentiel du marché.

Comme 25 % des abonnés français au mobile ne sont pas sous engagement, ils peuvent changer d'opérateur rapidement, et sans frais. Le développement des MVNO nationaux et l'arrivée prochaine d'offres convergentes (téléphonie fixe et mobile) comme prévoit d'en lancer Tele2 pourrait changer la donne.

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas