#MWC : Ford s’érige en champion de la mobilité

Par 29 février 2016
Ford

Présent depuis quatre ans dans les halls du Mobile World Congress, le constructeur automobile Ford accélère sa transformation digitale et assume sa mue vers le service de mobilité.

« Rester un constructeur automobile n’est plus suffisant pour les consommateurs. Nous devons leur fournir toute une ligne de solutions, et ce, en fonction de leurs besoins de mobilité, », annonce d’entrée la COO de Ford Europe, Barb Samardzich. « C’est tout un nouveau business qui s’ouvre à nous, et de surcroît, parfaitement en accord avec notre marché habituel. » L’ambition est assumée. Ford met les bouchées doubles pour s’imposer, aussi, en tant que fournisseur de services de mobilité. L’année dernière déjà, Ford avait entamé sa transition, en tablant sur le transport multimodal, avec le MoDe:Link, un vélo spécialement conçu pour entrer dans les véhicules, afin de coller au plus près aux besoins du conducteur. Ce dernier pouvait à l’envi, aller en auto jusqu’à un point A, la gare, emporter son vélo, et en ville, l’utiliser, le vélo couplé à une application, l’assistait jusqu’à destination.

La connectivité, porteuse de services

«  Si le marché de la construction automobile est estimé aujourd’hui, à 2,400 milliards de dollars, celui de la mobilité pourrait représenter 5,400 milliards de dollars. C’est un vrai défi. On compte 59 mégapoles dans le monde. Cette année, 87 millions de voitures se sont vendues et vont attendre 110-120 millions avec l’arrivée des pays émergents. Stationnement, embouteillages, pollution, il y a une vraie nécessité à rendre les villes plus « intelligentes , et ça passe par une vision moderne de la mobilité, » explique le responsable du programme Ford Smart Mobility, Mike Nakrani.

De fait, Ford a multiplié les expérimentations en matière de mobilité, ces dernières années. L’une des grandes annonces du constructeur est le lancement de Ford Pass, une application qui a vocation à devenir un Itunes de la mobilité et regroupe les principaux services de mobilité offerts par Ford, de manière agnostique - n’importe quel usager peut y avoir recours. L’application mise à la fois, sur un service de conciergerie de la mobilité, FordGuides - prise de rendez-vous, localisation de stations-services, de stationnement et un programme de fidélisation. Ford s’est ainsi, par exemple, allié à Flinkster, l’un des meneurs en Allemagne de l’autopartage ou à Parkopedia, une base de données mondiale des places de parking.

Auto-partage et « partage » de colis

La société ne s’interdit pour autant pas de réfléchir soi-même au sujet de l’auto-partage. « Nous menons depuis deux ans, une expérimentation d’auto-partage à Londres, que nous avons baptisée GoDrive», déclare Mike Nakrani. Une flotte de 50 véhicules se partage 20 points de chute. Contrairement à l’Autolib français, le système repose sur un paiement à la minute, et une garantie de stationnement à l’arrivée..

 

 

Mais si le partage et le collaboratif sont pensés dans la ville, ils trouvent aussi leur place dans la voiture Ford, même. Intégré dans son nouveau système embarqué de connectivité en voiture, Sync3, l’application MyBoxMan - opérée par la startup française, FretBay, transforme le véhicule en voiture de livraison. De la console de sa voiture, le conducteur Ford se voit suggérer, sur son chemin, de prendre en charge un colis de particulier. Et récupère, une fois la mission réalisée, 5 à 8 euros, pour un trajet de 5 km.

Le véhicule autonome dans le viseur de Ford

Et si tout cet écosystème de services autour de la mobilité préparait l’arrivée du véhicule autonome, estampillée Ford ? Que nenni, rappelle Ken Washington, son vice-président de la R&D.  « Le véhicule autonome est une île en elle-même, ce n’est qu’une partie d’une plus large conception de la mobilité.»  Pour autant, Mark Fields, le PDG de Ford a annoncé au MWC qu’il triplerait ses investissements dans les systèmes d’aide à la conduite et la conduite semi-autonome, et ce, sur ces cinq prochaines années. En sus des programmes de conduite semi-autonome déjà existants, un de détection de piétons et de contrôle de vitesse, deux autres devraient d’ailleurs être lancés prochainement : le Traffic Jam Assist, une aide à la gestion du trafic, et le Fully Active Park Assist, un assistant vitaminé de stationnement. Le véhicule autonome, phase finale de la transformation digitale de Ford ? A suivre.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas