Il n’y a toujours pas de concurrence pour les numéros d’appel gratuits.

Par 16 septembre 1998
Mots-clés : Digital Working, Europe

Les entreprises n’ont aujourd’hui à leur disposition que l’offre de Numéros Verts de France Télécom. Plusieurs opérateurs privés veulent pourtant offrir ce genre de service. Ayant annoncé pour jui...

Les entreprises n’ont aujourd’hui à leur disposition que l’offre de
Numéros Verts de France Télécom. Plusieurs opérateurs privés veulent
pourtant offrir ce genre de service.
Ayant annoncé pour juillet une offre de numéros 0800 nationaux, Cegetel
évoque maintenant la fin de l’année.
En fait des questions techniques et tarifaires retardent la concurrence.
Une entreprise détenant déjà un numéro vert chez France Télécom doit
pouvoir conserver ce numéro tout en changeant d’opérateur. Bien qu’un
consensus sur cette portabilité ait été atteint dès 1996, la mise en œuvre
tarde. Alors que l’ART l’annonçait pour cette année, elle parle maintenant
de 1999 en soulignant la complexité du dispositif impliquant la création
d’une base de données centrale contenant les informations sur tous les
numéros 0800.
En attendant cette portabilité, la quasi totalité des 0800 étant réservée
par France Télécom, l’ART a attribué aux opérateurs privés la tranche 0805
et des numéros courts (30PQ et 31PQ). Mais comme le souligne Pascal
Beglin, PDG de Kertel “le problème est que ceux-ci ne sont pas associés
dans l’esprit du public à des numéros gratuits comme les numéros 0800”.
En outre, pour acheminer les appels, les opérateurs privés doivent passer
par le réseau France Télécom et payer, pour cela, un tarif
d’interconnexion “et là c’est le coup de bambou” dénonce un opérateur.
Un accord de principe serait toutefois atteint sur l’inclusion de ces
services dans l’édition 1999 du catalogue d’interconnexion. Les tarifs
devraient alors baisser.
(01 Informatique - 11/09/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas