Les nanogénérateurs dynamisent les biocapteurs

Par 26 octobre 2007

Un système de nanogénérateurs permettra d'améliorer les performances énergétiques des biocapteurs et d'appareils portables toujours plus petits.

(cliquez pour
agrandir)Développer des biocapteurs à l'échelle micro ou nanométrique implique nécessairement de repenser et redimensionner les sources d'énergie. C'est ce que souhaitent concrétiser des chercheurs de l'University of Illinois at Urbana-Champaign (UIUC), qui travaillent à un nanogénérateur électrique en titanate de baryum, un métal alcalino-terreux. Ce dispositif, qui convertit l'énergie mécanique en électricité, se caractérise par sa capacité à générer une importante quantité d'électricité.

Générer une tension élevée

Selon les chercheurs, les nanogénérateurs alimentés par du titanate de baryum disposent d'un fort potentiel piézoélectrique, c'est-à-dire qu'ils sont capables de se polariser électriquement sous l'effet d'une contrainte mécanique. Résultat : ils peuvent produire seize fois plus d'électricité que les nanostructures en oxyde de zinc, sur lesquelles des chercheurs du Georgia Institute of Technology se penchent depuis 2006. Ce, à partir du même nombre de vibrations mécaniques.
 
Multiplier le nombre d'applications
 
Ces nanogénérateurs permettront de développer diverses applications comme des capteurs biomédicaux fonctionnant grâce aux contractions musculaires, des systèmes alimentés par le vent ou les ondes acoustiques, mais aussi des appareils portables connectés à des nanostructures placées dans les chaussures. Malgré ces essais prometteurs, de nombreux obstacles restent à surmonter. Notamment, ce composé chimique pourrait être toxique pour le corps humain. Faisant de l'oxyde de zinc le composant le plus approprié pour les appareils intracorporels.
 

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas