Les nanotechnologies entrent dans le jeu du commerce mondial

Par 20 novembre 2007

Après de nombreuses années passées à être l'objet de recherches, les nanotechnologies s'intègrent désormais au paysage commercial mondial. Un véritable marché du nanotube de carbone est en train de voir le jour.

(cliquez pour agrandir)
La nanotechnologie sort des laboratoires et accède au rang de bien commercialisable. Avec près de 50 milliards de dollars générés en 2006 par la vente de produits intégrant des composants nanométriques, un véritable secteur d’activité est en train d’émerger. C’est ce qu’indique la cinquième édition du Nanotech Report du cabinet Lux Research. Ces technologies auraient ainsi connu un processus de transition de près de vingt années pour passer de l’état d’aire de recherche à des applications concrètes et par extension, commercialisables.

Un marché naissant

Du point de vue du marché, les matériaux tels que les nanotubes de carbone ont gagné en qualité tandis que leurs prix ont enregistré une baisse notable, indique Lux Research. Une valeur de 43 millions de dollars de ces tubes de carbone aurait ainsi été échangée sur le marché en 2006, soit une augmentation de près des deux tiers par rapport à l’année précédente. Les applications de cette technologie nouvelle sont très diverses. Celles-ci couvrent en effet des domaines aussi variés que le secteur pharmaceutique et de l’outillage. Lux Research cite notamment l’exemple de Merck and Gilead qui aurait réalisé près de 3 milliards de dollars de son chiffre d’affaires sur la vente de médicaments comprenant des éléments nanométriques, ou encore Black & Decker.

Fin de l’hégémonie américaine

L’outilleur commercialise pour sa part des appareils portatifs dotés de batteries aux nanophosphates très performantes. Si l’investissement global en matière de nanotechnologie s’est accru de 13 % en 2006, tutoyant les 12 milliards de dollars, celui-ci n’est plus le fait principal des Etats-Unis. L’Europe et l’Asie font partie des zones avec lesquelles il faut désormais compter. La première vient en effet de dépasser l’Amérique en terme d’investissements gouvernementaux de R&D autour des nanotechnologies, et les entreprises asiatiques affichent les plus importants financements dans ce domaine. 

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas