La navigation s'épanouit sur les mobiles

Par 03 décembre 2007
Mots-clés : Smart city

Les professionnels du marché mobile proposent désormais des systèmes de géolocalisation performants et peu coûteux. A l'avenir, les téléphones portables devraient accueillir toujours plus d'applications de navigation.

L'avenir s'annonce prometteur pour les systèmes de navigation sur mobiles : le marché représentera 50 milliards de dollars en 2008. Et devrait doubler d'ici 2012, pour atteindre les 100 milliards, annonce ABI Research. En volume, ce ne sont pas moins de 550 millions d'unités qui seront écoulées à cette date. Principale raison de ce succès : la maturité du marché mobile qui permet au secteur d'intégrer des systèmes très performants de géolocalisation aux combinés mobiles et de les proposerà bas prix. "La consolidation croissante du secteur - avec notamment le rachat par Nokia de Navteq ou la lutte entre TomTom et Garmin pour s'offrir Tele Atlas - donne de sérieuses indications sur les intentions des acteurs mobiles en ce qui concerne le marché de la navigation portable", souligne Shailendra Pandey, analyste chez ABI.
Une navigation mobile performante
Les produits actuellement sur le marché proposent désormais une précision de recherche et une réception en environnement fermé jusque là inégalée. Ce, grâce aux efforts des opérateurs mobiles et des fournisseurs d'applications de navigation, qui développent des solutions toujours plus attractives, mais aussi grâce aux fabricants de combinés, qui ne se contentent plus d'intégrer des solutions de géolocalisation, et commencent à proposer les leurs.
Géolocaliser puis acheter
Autre avantage pour les téléphones portables embarquant une fonction GPS : la connectivité bi-directionnelle, qui permet de recevoir des informations géolocalisées sur son téléphone et de procéder ensuite à un acte d'achat ou à une demande d'informations via Internet. Le dispositif profite lui aussi de l'augmentation du nombre de GPS pour mobiles. "Le marché de la navigation connectée est plutôt fluide, des services qui prennent le pas sur les appareils en eux-mêmes", explique Mike Ippoliti, directeur de recherche pour le cabinet. Qui conclut : "Cela signifie que la possibilité se connecter va devenir un critère de différentiation".

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas