Pour ne pas être rejeté, le marketing en ligne doit se personnaliser

Par 06 décembre 2011 3 commentaires
Mots-clés : Future of Retail, Europe
homme devant un ordinateur

Les internautes français sont unanimes à dénoncer le caractère agressif des actions publicitaires en ligne. Pour autant, un grand nombre serait prêt à plus de réceptivité si les marques fournissaient un contenu moins uniforme.

Le marketing en ligne traditionnel rencontre de plus en plus de défiance de la part du public français. L'institut Teddimis a ainsi publié les résultats d'une étude menée en ligne auprès d'environ 2400 utilisateurs âgés de plus de 18 ans. Celle-ci montre que ¾ d'entre eux ont le sentiment d'être agressés par les méthodes actuelles de marketing en ligne. Ils affirment ainsi recevoir en moyenne 33 e-mails publicitaires chaque jour, alors que selon eux, le seuil d'acceptabilité se situerait aux environs de 10.

Un rejet généralisé du marketing de masse.

Chose étonnante, alors que l'âge, le sexe ou les catégories sociales pourraient faire diverger ces chiffres, ces derniers se révèlent extrêmement uniformes pour l'ensemble de la population française. Pour les auteurs de l'étude, cet état de fait révèle "une frustration généralisée de l'ensemble des internautes vis-à-vis d'actions marketing qu'ils jugent bien trop agressives". Mais attention, s'ils rejettent largement les campagnes de mailing massives et impersonnelles, les internautes français font néanmoins montre d'un fort intérêt pour des  mails plus personnalisés.

Des utilisateurs prêts à communiquer d'avantage d'informations aux marques

Plus de 40% de la population interrogée est ainsi prête à communiquer d'avantage d'informations personnelles dans le but de recevoir des offres adaptées à leur profil. Une tendance d'autant plus forte que les utilisateurs sont jeunes, les plus âgés étant bien plus réticents à fournir des données personnelles (47% pour les 25-34 ans, contre 23% au-dessus de 75 ans). Les auteurs concluent en soulignant que "si les méthodes de marketing en ligne de masses, s'effritent, le e-mailing reste un bon levier d'achat, à condition d'être exploité de façon pertinente par les marques".

Haut de page

3 Commentaires

Bonjour,
Auriez vous des éléments complémentaires ou un lien concernant cette source ? Je n'ai rien trouvé sur internet concernant cet institut Teddimis...
Merci d'avance

Soumis par Geoffrey (non vérifié) - le 29 décembre 2011 à 10h52

Bonjour Geoffrey,
Pour répondre à vos questions sur la source de cette enquête, c'est simplement que le nom de la société à été écorché par l'auteur. Il s'agit en fait de Tedemis. Bonne soirée.

Soumis par Leo (non vérifié) - le 05 janvier 2012 à 02h22

Bonjour,
Pourriez-vous changer "institut Teddimis" par "Agence TEDEMIS".
En effet, vous avez fait une erreur de nom de société.
Merci

Soumis par Caroline (non vérifié) - le 05 janvier 2012 à 10h37

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas