Network Solutions fait l'objet de deux actions en justice distinctes.

Par 04 mai 1999

Networks Solutions a refusé d'attribuer des noms de domaines pourtant non déposés. Ces noms de domaine font partie de ce que la Cour suprême des Etats-Unis désigne depuis 1978 comme les "network s...

Networks Solutions a refusé d'attribuer des noms de domaines pourtant non
déposés. Ces noms de domaine font partie de ce que la Cour suprême des
Etats-Unis désigne depuis 1978 comme les "network seven", sept mots
anglais orduriers dont la Commission fédérale des communications (FCC)
interdit formellement l'usage dans les médias comme la radio ou la
télévision.
A défaut d'un cadre légal spécifique à l'Internet, Network Solutions
applique cette loi depuis 1996. Comme l'indique David Graves, l'un des
directeurs "le modèle appliqué dans la télédiffusion nous semblait le
meilleur".
Lynn Haberstroh, l'une des plaignantes, invoque bien sûr le premier
amendement sur la liberté d'expression. Toutefois, le seul jugement rendu
à ce jour par un magistrat californien concernant l'attribution des 7 noms
honnis a entériné le refus de Network Solutions.
Une seule exception est faite pour le terme "shit". En effet, les
nombreuses demandes émanant d'entreprises japonaises ont révélé que ce
terme était l'équivalent phonétique, en anglais, d'une syllabe très
fréquemment employée en japonais.
(Information ZDNet France du 4/05/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas