Nexence envoie le marketing Bluetooth sur le terrain

Par 14 janvier 2010 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail

BTPocket consiste en un boîtier mobile qui envoie du contenu multimédia par Bluetooth. Il est manié par un animateur qui va vers le client et n'active le système que si ce dernier exprime un réel intérêt.

Pour aller plus loin dans l’utilisation du marketing Bluetooth, Nexence propose BTPocket, un boîtier mobile spécialement conçu pour cet usage. De la taille d’un iPhone – mais plus épais – celui-ci diffuse du contenu riche comme des images, des vidéos, de la musique ou encore des bons de réduction. "En matière de Bluetooth marketing, la borne posée ne fonctionne pas", explique à L’Atelier Vincent Herman,fondateur de l’agence. "Il faut de l’animation terrain, revenir à quelque chose de plus humain en instaurant un véritable dialogue". Initialement, le boîtier qu'il lance était un téléphone open source. La partie téléphone a été désactivée. Laissant un écran tactile et les fonctions Bluetooth, GPS et GPRS.
Trois étapes de validation
"L’animateur se présente et démarre l’interface en appuyant sur un bouton", explique l’entrepreneur. "L’appareil se met alors à scanner son environnement et à pusher du contenu". Pour éviter d’être intrusif, la portée de l’appareil est limitée à quelques mètres. "Pour recevoir le contenu, le passant doit activer la fonction Bluetooth de son téléphone et valider le téléchargement du contenu". Il y a donc trois étapes de validation avant que le contenu ne se retrouve effectivement de la borne au téléphone d’un passant. "Nous suivons les recommandations de la CNIL", explique Vincent Herman. Il est également possible de simplement présenter une vidéo ou des images aux passants. Enfin les résultats de la campagne sont récupérés et géolocalisés pour permettre un retour précis sur la campagne.
« Il faut revenir à quelque chose de plus humain » 
Pour Nathalie Koffi, directrice associée de l’agence Tokyo, il faut nuancer l'initiative. "Il faut se mettre à la place des consommateurs", explique-t-elle. "Est-ce que recevoir un message en Bluetooth va vraiment les intéresser ?", se demande-t-elle. Un constat auquel Vincent Herman répond en reconnaissant que quand on parle marketing, le Bluetooth a mauvaise presse. "Quelques entreprises ont fait des expériences désastreuses au début", justifie-t-il. "Reste que tous les outils sont intéressants", admet Nathalie Koffi. "Ce qui va faire le succès d’une campagne, c’est son contenu". Avant de conclure : "la technique ne vient que pour appuyer un message".

Haut de page

1 Commentaire

Salut chers tous,
Les NTIC mènent à grande vitesse la révolution technologique. L'Afrique n e saurait s'adapter.
Bien à vous,

Soumis par Mouanou (non vérifié) - le 17 janvier 2010 à 21h04

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas