Des noeuds virtuels pour pallier les pannes de serveurs physiques

Par 01 juin 2010 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working

Pour éviter qu'un problème sur un serveur matériel ne nuise aux infrastructures informatiques qui en dépendent, NTT Docomo recommande de créer des programmes de renfort qui font le lien entre les différentes entités.

Dans une infrastructure virtuelle où des ressources sont partagées, le moindre incident dans le serveur physique, réel, peut engendrer toute une série de complications. Dans le pire des cas, précise une équipe de scientifiques des laboratoires US de NTT Docomo, cela provoque même des erreurs en cascades, qui aboutissent à l'encombrement des serveurs. Leur solution ? Consolider ces infrastructures en ajoutant des nœuds virtuels dits de "renfort" (backup virtual nodes). Et s'en servir pour établir des liens entre chacune des infrastructures utilisées pour en augmenter les capacités. Du coup, lorsqu'un problème survient, les ressources informatiques nécessaires sont encore disponibles et cela assure le bon fonctionnement de toute l'infrastructure.
Réduire le nombre de serveurs matériels
Autre avantage : cela permet de réduire le nombre de serveurs matériels, en supprimant notamment ceux dont l'utilité principale est d'éviter de telles déconvenues - et qui sont par conséquent inutilisés la plupart du temps, mais dont l'installation et l'entretien ont un coût. Ce qui permet en toute logique d'effectuer des économies conséquentes. Les chercheurs proposent par ailleurs un mécanisme mathématique permettant de mettre en commun les ressources en cas de faille dans le système. Celui-ci est baptisé ORP, pour "Opportunistic Redundancy Pooling".
Un mécanisme mettant en commun les ressources
Ce modèle vise à régler les problèmes potentiels en restant au niveau des structures virtuelles, c'est-à-dire sans passer par l'installation préalable d'un serveur matériel dédié. Il se fonde sur la synchronisation et la migration des ressources, et augmente ainsi les capacités du réseau. Pour y parvenir, le système redirige les ressources des infrastructures via les nœuds les plus pertinents. Ce qui implique une certaine flexibilité dans la mise en place initiale de l'infrastructure virtuelle, avec un système souple où tout l'espace n'est pas saturé en permanence.

Haut de page

1 Commentaire

Mais ces noeuds virtuels, ils dépendent bien de serveurs, non ?

Soumis par Blog SEO - Vince (non vérifié) - le 01 juin 2010 à 22h45

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas