Non-voyants : RFID et braille facilitent le guidage dans la ville

Par 13 septembre 2011
Mots-clés : Smart city, Amériques, Asie, EMEA
braille

Equiper de puces RFID les sites stratégiques d'une ville et les cannes des utilisateurs aveugles rend plus aisée la transmission d'informations, affichées sur un écran en braille.

 

Fournir aux non-voyants les mêmes informations qu'aux voyants lorsqu'ils marchent dans la rue est un défi ardu. Selon une équipe de l'université de Séoul, certaines des technologies utilisées à l'heure actuelle (des systèmes audio insérés dans les cannes blanches) posent plusieurs problèmes. Celui de la vie privée tout d'abord, puisque les personnes alentours peuvent elles aussi entendre les informations fournies par la canne. Celui de l'intégrité physique ensuite, puisque dans le cas où la personne non-voyante porte des écouteurs, l'émission permanente d'informations sonores peut nuire à sa santé auditive et surtout l'empêcher d'être en contact avec son environnement. Leur système, du coup, est basé sur l'utilisation du braille, et recoure à des puces RFID pour parvenir à fournir efficacement une information.

Une retranscription de l'alphabet braille sur le pommeau de la canne.

Le dispositif serait en fait constitué d'émetteurs, situés aux points clés de la ville, de puces RFID intégrées aux cannes blanches, et d'écrans intégrés à ces mêmes cannes. Via des groupements de six miniplots rétractables, ces derniers seraient capables d'afficher toutes les lettres de l'alphabet braille. Dans la pratique, dès qu'un utilisateur du système passe à proximité d'un émetteur, celui-ci lui transmet de l'information sur l'environnement du possesseur de la canne (bâtiments importants, passages piétons...). Les groupes de plots retranscrivent alors en braille les lettres composant l'information, ce qui permet à la personne de les déchiffrer.

Un système facile d'emploi, mais devant être compatible avec d'autres réseaux urbains

Le système fonctionne grâce à une batterie au lithium, facilement rechargeable. Dans le cas où celle-ci serait totalement déchargée, de petits panneaux solaires intégrés à la canne prennent le relais et assurent une alimentation électrique convenable. Les premiers tests effectués mettent en évidence une facilité d'utilisation du système. Sa commercialisation au grand public pourrait donc se faire dans un délai relativement court. Toutefois, pour que l'emploi du système soit réellement efficient, il sera nécessaire de le connecter à d'autres interfaces du réseau urbain, afin de permettre une mise à jour automatique du système en fonction de l'évolution des rues ou des bâtiments.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas