Note salée pour la 3D au ciné

Par 22 avril 2009 1 commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Conseil à ceux qui avaient prédit une percée rapide et spectaculaire du 3D dans nos salles obscures : il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! Des conflits grandissants entre exploitants de salles et majors freinent une technologie qui devrait être en plein essor. Motif de leurs querelles? Le coût exorbitant de l'équipement. Après avoir numérisé les cinémas, les exploitants doivent remettre la main au porte-monnaie pour passer au relief. S'ajoutent aux prix des écrans (environ 3 000 €), le coût de la licence et des lunettes. Pour les majors en revanche, la 3D pourrait rapporter gros avec une hausse de 2 à 3 euros du prix des billets. Nous ne sommes pas tout à fait ici dans le rapport gagnant/gagnant désiré. Au bon vouloir des majors de renverser la tendance...

Aux Etats-Unis, la plus grande chaîne de cinéma Regal Entertainement refuse de diffuser le film d'animation "L'Age de glace 3" en relief si Fox ne prend pas à sa charge le prix des lunettes. En France, l'exploitant CGR paiera de sa poche l'équipement de 200 salles de la technologie RealD, qui permet de projeter une image en relief. Il aura en revanche un petit coup de pouce de Walt Disney, qui a accepté de reverser 65 centimes sur la majoration de 2 euros du prix de billets du film "Volt".

Les exploitants ont avant tout gagné une promesse : récupérer l'investissement grâce à une plus grande fréquentation des salles pour les films en 3D. "Nous croyons dans cette technologie pour attirer un public plus jeune dans les salles et lutter contre le piratage," estime Jocelyn Bouyssy, directeur général de CGR Cinémas. Résultat difficile à évaluer pour l'instant... Reste à attendre "Avatar", la superproduction de James Cameron, programmé à sortir sur nos écrans en fin d'année. Un échec tuerait dans l'œuf une technologie à peine née au cinéma.

Haut de page

1 Commentaire

Pour avoir testé le système avec "monstres versus aliens" je pense vraiment que cette technologie à de l'avenir. On oublie trés vite les lunettes, il n'y a pas d'effet secondaires :-) et ça apporte une nouvelle dimension (c'est le cas de le dire) au film.

Hate de voir "avatar" en tout cas!

Soumis par admin - le 22 avril 2009 à 18h13

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas