Les notifications push “pousseront” l’engagement, à condition de pertinence

Par 05 novembre 2013
push

Bénéficiant du support le plus à proximité, de l’immédiateté et de la contextualisation, les notifications push doivent apporter un nouvel élan au marketing direct et améliorer l’engagement des clients

66% des utilisateurs autorisent désormais les notifications push en Europe, selon une étude Forrester. Mais s’ils accordent à ce moment un privilège certain : pouvoir communiquer avec eux en toute occasion et  sur leur support électronique le plus “intime”, ceux-ci seraient 89% a être atteints malgré la désactivation du paramètre par défaut. Car c’est en effet bien l’utilisateur qui autorise ou non l’application à le contacter, et si le taux de désengagement est difficile à mesurer, il est cependant certain qu’il est élevé si les notifications sont perçues comme intrusives. Dérangements durant la nuit ou messages dénués de toute pertinence font partie des mauvaises pratiques qui ont encouragé l’utilisateur à prendre le contrôle de son centre de notifications. C’est pour cette raison que Forrester revient dans son étude sur les bonne pratiques à utiliser pour éviter un désengouement de la part des utilisateurs.

Réaliser ses objectifs marketing

Ainsi, l’étude rappelle que ceux-ci seraient plus enclin à recevoir des notifications lui offrant des avantages supplémentaires de manière contextuelle, le prévenant de nouveaux contenus ou de la disponibilité de l’offre par exemple. Les notifications doivent en fait permettre de mieux appréhender le processus de fidélisation en améliorant la compréhension du client et en récompensant celui-ci selon son engagement. Les notifications peuvent également permettre d’encourager la vente croisée en ciblant les utilisateurs ayant un taux de conversion accru ou en les stimulant par la notification de ventes flash. Les analystes de Forrester insiste également sur l’importance pour le push de favoriser l’environnement dont il dépend, c’est à dire l’application. Notifier les nouveautés permet en effet une augmentation des pages vues et des visites. En allant plus loin, la notification devrait être personnalisée pour permettre à l’équipe éditoriale d’automatiser l’envoi de contenu à des cibles précises afin d’enclencher un mouvement de différenciation. Un autre atout qualitatif du push réside dans le fait qu’au delà de l’augmentation du nombre de pages vues, les évolutions techniques permettant de pousser des images et vidéos pourraient faire augmenter le temps passé sur  l’application.  

Compléter le message et enrichir le CRM

Cependant, il est à noter que toutes ces promesses s’entendent si les notifications sont bien employées et intégrée dans la stratégie de communication. Elles doivent en effet délivrer un message différent et non itératif par rapport aux autres canaux. De même, en les appréhendant de manière décloisonnée, elles doivent permettre d’identifier comportements et attentes dans une boucle de rétroaction améliorant le ciblage sur d’autres circuits. Par ailleurs, l’étude confirme que si les notifications Push sont pour l’instant réservées aux utilisateurs mobiles, la migration du système d’applications des Smartphones vers les tablettes et les TV connectées laissent à penser qu’elles investiront également demain l’Internet des Objets. Cela en fait donc probablement le canal d’avenir. Par ailleurs, on constate aujourd’hui des taux d’ouverture et de clics élevés grâce à la nouveauté du système mais également du fait de l’intégration du push dans une stratégie cross canal avec les plates formes de CRM.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas