La notion de vie privée, plus poreuse chez les amateurs de smartphones

Par 14 mai 2012 Laisser un commentaire
Femme au téléphone

L'utilisation d'un téléphone intelligent ou d'un téléphone simple a des conséquences sur la façon de penser de ses utilisateurs. Et notamment la considération de la vie privée.

Les utilisateurs de téléphones intelligents sont 70% plus enclins que les utilisateurs de téléphones moins évolués à croire que leur mobile n'est pas une atteinte à leur vie privée. Notamment parce qu'ils sont relativement disposés à l'exposer. Cette donnée, issue d'une étude menée par deux chercheurs de l'Université de Tel Aviv, révèle selon eux une influence notable des smartphones sur la conception qu'ont les gens de la notion de vie privée : dans leur quotidien, et notamment dans les espaces publics, ils ont tendance à l'exposer plus aisément. Après avoir interrogé 150 personnes dont la moitié utilise un téléphone intelligent et l'autre moitié un téléphone simple, l'étude montre ainsi que les premiers ont plus tendance que les seconds à révéler des problèmes qui relèvent de leur vie privée en public.

Une bulle autour des utilisateurs

La raison de cette différence de comportement dans les espaces publics serait à trouver, selon le Dr Hatuka, l'un des chercheurs, dans l'illusion d'une "bulle privée autour des utilisateurs" créée par le smartphone. Et pour cause, ceux qui en utilisent un sont 50% moins susceptibles d'être dérangés par les conversations téléphoniques des personnes qui les entourent - par exemple dans un train - que ceux qui utilisent un téléphone de base. De la même façon, les premiers sont 20% moins susceptibles que les seconds à penser que leur conversation puisse déranger les autres personnes. Ce qui fait dire aux deux chercheurs que les espaces publics devraient être repensés en fonction de l'influence qu'ont les smartphones, comme cela a été le cas pour les espaces fumeurs et non fumeurs. 

Jamais sans mon mobile

Les deux groupes ont également été interrogés sur leur rapport au mobile en définissant leur sentiment lorsqu'ils ne l'ont pas avec eux. On remarque alors que les possesseurs de téléphones intelligents le ressentent de manière majoritairement négative, expliquant qu'ils sont "perdus", "tendus" ou encore "au courant de ce qui les entoure". Inversement, les utilisateurs de mobiles simples se sentent plutôt "libres" ou "tranquilles". A noter qu'afin de mieux comprendre comment est intégré le smartphone dans la vie quotidienne, les deux chercheurs ont développé Smart Spaces, une application à télécharger qui permettra, pour une future étude, de suivre où se déplacent les participants et comment ils l'utilisent en enregistrant des données d'usage.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas