Nouvel épisode SCO : Computer Associates cède et paie

Par 05 mars 2004
Mots-clés : Smart city

L'éditeur SCO aurait-il trouvé le bon filon ? Après émission de menaces, et après exécution de ces mêmes menaces (l'attaque en justice contre Daimler Chrysler, voir la lettre du 04.03.2004), il...

L’éditeur SCO aurait-il trouvé le bon filon ? Après émission de menaces, et après exécution de ces mêmes menaces (l’attaque en justice contre Daimler Chrysler, voir la lettre du 04.03.2004), il semblerait que certaines sociétés, pour éviter tout souci avec SCO, se soient résignées à acquérir une licence de propriété intellectuelle de l’éditeur américain. Selon la direction de SCO, ces entreprises clientes seraient entre 10 et 50 – ce qui donne lieu à de nombreuses possibilités – mais pour l’instant seules trois sont connues. Il s’agit de Questar, le fournisseur de gaz américain, du constructeur Leggett & Platt et de l’éditeur Computer Associates, dont la décision a agacé de nombreux membres de la communauté open source. Résignation ? Refus de se voir ennuyer par l’éditeur et traîner devant les tribunaux ? Possible, d’autant que les droits de licences cédés par l’éditeur ne sont pas particulièrement onéreux. Pour preuve, les caisses de SCO sur son programme de licence n’ont récolté que 20.000 dollars au dernier trimestre 2003. Beaucoup de bruit pour pas grand chose, en somme. (Atelier groupe BNP Paribas –05/03/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas