Les nouvelles technologies au service de l'environnement pour toucher les citoyens

Par 06 mai 2014 1 commentaire
landscape

Un projet financé par l'Union européenne souhaite s'appuyer sur les TIC pour encourager les citoyens à s'impliquer davantage dans la protection des paysages. Différents concours sont lancés.

Comment l'exploitation des TIC peut-elle être profitable à  la protection des paysages en Europe? Le projet E-CLIC a planché sur cette thématique. Consciente de l'impact d'Internet sur le public, l'équipe E-CLIC a décidé d'exploiter cette ressource pour changer le rapport que les citoyens, jusque-là trop peu concernés, ont avec les politiques européennes environnementales. Afin donc d'encourager les citoyens à davantage réfléchir à ces questions, six pays partenaires ont soutenu ce projet : l'Estonie, la Grèce, l'Allemagne, la Slovénie, l'Espagne et le Royaume-Uni. Il s'agit à travers le projet E-CLIC de faire prendre conscience aux citoyens l'impact de ces politiques sur leur vie, sur leur quotidien. L’un des objectifs du projet est de sensibiliser le rôle de la Convention Européenne du Paysage (CEP ou la Convention de Florence) qui représente le premier traité international consacré à l'ensemble des aspects européens.

Une base de données sur les bonnes pratiques

La première phase du projet passe par la création d'une communauté autour des questions environnementales. Ainsi, le projet s'appuie notamment sur les plate-formes de médias sociaux. Les citoyens sont ainsi encouragés à débattre et à s'informer. L'utilisation des médias sociaux permet de relier les décideurs politiques et le grand public. Ce lien favorise à la création du sentiment de communauté. Cette communauté virtuelle permet alors l'échange, le partage d'idées mais aussi l'apprentissage. Les exemples peuvent être ajoutés à la base de données de bonnes pratiques d'E-CLIC et les progrès du projet peuvent être suivis sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Pinterest. De plus, toujours dans le but de mieux comprendre la Convention Européenne du paysage, le projet encourage les établissements scolaires et les universités à participer à cette sensibilisation. Pour cela, le projet devrait développer une base de données des instruments interactifs d'apprentissage permettant l'illustration et la démonstration des différents enjeux que représentent les paysages d'Europe.

Participation directe des citoyens

Ainsi, la CEP couvre les régions naturelles, rurales, urbaines et périurbaines et concerne les paysages "remarquables" ainsi que les paysages quotidiens ou dégradés. Elle englobe également la protection et la gestion, ainsi que la sensibilisation à la valeur d'un paysage vivant. Pour répondre toujours à l'objectif spécifique de mise en valeur de la Conférence, le projet a développé différents concours impliquant les citoyens. Le principe consiste à ce que les participants soumettent une idée, un projet exploitant les TIC pour résoudre un défi relatif aux paysages. Plusieurs catégories sont proposées: l'extension urbaine, le rétrécissement de l'espace intra-urbain, les paysages postindustriels ou l'intensification des paysages ruraux. Pour cela, des ressources ont été mises à disposition des participants telles qu’une librairie d’outils TIC ou encore une assistance en ligne. La compétition, ouverte au grand public, aux étudiants du second degré et aux universitaires, encourage les participants à présenter des concepts s'appuyant sur les TIC -pour un paysage donné- et répondant à un ou plusieurs défis environnementaux. Il peut s’agit de projets incitant à une meilleure compréhension des politiques environnementales ou bien des services pour promouvoir les bonnes pratiques. Aussi, l’esprit communautaire y est fortement encouragé. Les finalistes retenus pourront présenter leurs projets lors de la Conférence internationale E-CLIC qui se tiendra en Estonie en 2015.

Haut de page

1 Commentaire

"" Ainsi, le projet s'appuie notamment sur les plate-formes de médias sociaux. Les citoyens sont ainsi encouragés à débattre et à s'informer. L'utilisation des médias sociaux permet de relier les décideurs politiques et le grand public. ""

C'est la phrase clé de l'article. Le nouvel ordre mondial a besoin de personnes qui soient connectées et qui forment des groupes homogènes participatifs. La participation étant artificiellement créée et se résume à valider les orientations du nouvel ordre mondial, bien sûr. Les réseaux sociaux, la téléphonie et l’ingénierie sociale, jouent un rôle majeur dans cette manipulation mondiale.

Alors que les anciennes dictatures combattaient ouvertement ses opposants, la dictature moderne ou industrielle se cache, elle parle de libérer les peuples par l'encadrement des personnalités, la gestion des individus et de l'environnement.

Soumis par michel dock (non vérifié) - le 10 mai 2014 à 11h05

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas