Les nouvelles technologies, au service de la microfinance ?

Par 17 juin 2010
Mots-clés : Smart city, Afrique

Offrir aux populations pauvres des services mobiles de consultation de compte bancaire ou des outils de transaction financière permettrait de généraliser l'accès à des offres de micro-crédit.

Utilisées à bon escient, les nouvelles technologies pourraient donner aux populations pauvres un accès généralisé à des services financiers, et développer considérablement les programmes de micro-crédit notamment, soutiennent le CGAP* et l'Alliance pour l'inclusion financière (AFI). Ces organismes publient une étude selon laquelle un milliard de personnes n'ont pas de comptes bancaires mais disposent d'un téléphone portable, et d'ici à 2012, ce nombre passera à 1.7 milliards d'individus, prévoient les chercheurs. Plus de 360 millions de personnes à faibles revenus et non bancarisées utiliseront alors la monnaie électronique.
Accéder à des services financiers sûrs et à moindre coût
"Les populations pauvres ont besoin d'un moyen sûr pour épargner et envoyer de l'argent", explique Alexia Latortue, directrice par intérim du CGAP, avant de citer en exemple des innovations africaines telles que M-PESA ou M-KESHO. "Des millions de personnes dans toute l'Afrique francophone pourraient accéder à des services financiers sûrs et à moindre coût en utilisant des téléphones portables et d'autres technologies, de manière à pouvoir ainsi gérer leur vie financière", développe-t-elle. A condition que les acteurs publics et privés travaillent main dans la main pour parvenir à mettre en place des services combinant sécurité pour le consommateur et performance.
Développer un contexte favorable
Investir dans les nouvelles technologies et développer un contexte favorable à la création d'institutions de microfinance s'impose d'autant plus qu'une autre étude* de la Michigan State university établit des liens étroits entre le succès des organismes de micro-crédit et une conjoncture macroéconomique favorable. En analysant plus de 370 institutions de microfinance, les chercheurs ont démontré la complémentarité entre une performance économique globale et la croissance de ces organisations offrant des services de micro-crédit.
* Un groupe de microfinance basé à la banque mondiale.
* "Where does microfinance flourish ? Microfinance institution performance in macroeconomic context"

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas