Les nuances du toucher comme interface de commande

Par 09 mai 2012
tactile

"Touché" s'inspire des technologies tactiles des appareils électroniques pour permettre de contrôler un objet en se contentant de l'effleurer.

Bientôt, le fait de toucher un bouton de porte avec un doigt, de l’effleurer ou au contraire de l’agripper suffira à la fermer sans bruit, à l’ouvrir doucement ou à la verrouiller après votre départ. C’est en tout cas à un tel projet que travaillent une équipe du Disney Research Institute et de la Carnegie Mellon University, aux Etats-Unis : la technologie tactile Touché. L’idée ? Déclencher une commande en fonction non seulement du fait de toucher un objet mais de la manière dont il est touché. Les écrans tactiles des tablettes et smartphones sont recouverts d’un film conducteur qui conduit le signal électrique déclenchant une commande. Mais cette technologie ne tient compte que d’une seule fréquence, c’est-à-dire un seul point de contact. Touché en exploite plusieurs pour jouer sur les nuances de pression, le type de geste, la disposition de plusieurs doigts, celle de la main, du corps, même. L’objet touché réagit différemment selon les configurations, même les plus complexes.

Bouton de porte intelligent

A peu près n’importe quel objet peut réagir sans subir de transformation radicale, une seule électrode suffit. En fait, Touché applique la technique du balayage de fréquence radios à l’interaction tactile. En la combinant ensuite à des outils de reconnaissance de mouvements, les chercheurs affirment que leur invention peut identifier presque 100% des différents touchers. A partir de là, les applications sont potentiellement innombrables. L’une des plus basiques est celle du bouton de porte, qui se ferme ou s’ouvre selon la manière dont on l’attrape. Une application plus poussée permettrait, en entreprise, de faire afficher un message sur un écran d’une porte de réunion : un à-plat de la main sur la poignée pour "Ne pas déranger", un léger toucher de l’index pour "Entrez sans faire de bruit", fermer la porte en agrippant franchement la poignée pour "Absent pour la journée". Avec Touché équipant son smartphone ou sa tablette tactile, un utilisateur peut déclencher des copier-coller ou des zooms, afficher des sous-menus, en fonction de la position de la main sur l’appareil.

Des usages domotiques

L’autre volet des applications possibles relève plus de la domotique. Touché peut en effet équiper les objets du quotidien comme une chaise, un canapé, une table. Par exemple, si quelqu’un met les coudes sur la table pendant le repas, un "buzz" peut le rappeler à l’ordre ! Idem si une personne a l’indélicatesse de mettre les doigts dans son assiette… Dans ce genre de contexte, l’intérêt de la technologie réside dans ce qu’elle reconnaît non seulement les gestes et le type de toucher mais aussi l’absence de toucher. Autrement dit : repérer qu’il n’y a personne. Si tout le monde quitte une pièce par exemple, les lampes s’éteignent. En s’asseyant dans le sofa faisant face à la télévision, un usager peut automatiquement allumer la télévision ; s’il change de position pour s’allonger, la lumière peut baisser, voire carrément s’éteindre s’il s’avère que la pression du corps change et correspond au fait que la personne s’est finalement endormie…

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas