NUMA : le crowdequity, levier d'un changement de modèle

Par 22 avril 2015
numa

La volonté d'internationalisation du NUMA le conduit à changer de modèle. Et c'est toujours par la communauté que cette transition se fait, via une levée de fond en crowdequity.

Le NUMA, espace de coworking à l'origine de l'accélérateur du Camping, voit plus grand dans les années à venir. En effet, son objectif est de s'implanter dans pas moins de 15 pays et d'accélérer 700 start-up d'ici 2019. Mais ses ambitions ont un coût, financier d'abord puisqu'ils souhaitent dégager un peu moins de 10 millions d'euros pour se développer, mais également sur la structure, puisque l'association nécessite de devenir SAS.

http://www.atelier.net/sites/default/files/_illustrations/map-numa.jpg
Ambition 2019 : 15 pays, 5 continents

Pour cela, le crowdequity, un financement participatif sur le capital social d'une entreprise, a semblé être une solution plus proche de valeur de l'association. En effet, les actuels actionnaires du NUMA qui sont principalement ses salariés ont libéré 12,5 % du capital et le proposent via la campagne #yeswecrowd sur la plate-forme SmartAngels au grand public. Au grand public, car l'apport minimum pour devenir actionnaire est de 500€ (soit 5 actions) mais également à des investisseurs plus pointus puisqu'il peut monter jusqu'à 100 000 €.

« La volonté est de réimpulser l'argent gagné grâce aux start-up dans d'autres start-up afin de créer une forme d'argent vertueux, un monde plus inclusif » expliquait ce matin à la conférence de presse du NUMA, Marie Vorgan Le Barzic, déléguée générale de Silicon Sentier que nous avions reçu récemment à L'Atelier Numérique. Car en effet, le NUMA a dégagé l'année dernière 2,5 millions de CA lié aussi bien à ses activités de conseils, ses événements mais également les parts investies dans les start-up accélérées .

Et si la demande d'investissement est conséquente, c'est aussi parce que le NUMA a choisi de se démarquer de ses confrères accélérateurs mondiaux/européens dans la volonté de ne pas exporter un modèle établi mais véritablement de se conformer à la culture de chaque pays. « Nous souhaitons nous marier avec des acteurs locaux et de réellement apprendre des spécificités de chacun » conclut Marie Vogan.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas