Il n'y aura que trois codes à barres sur les portables !

Par 22 septembre 2008 1 commentaire

Afin de favoriser le succès des applications mobiles, l'organisation GS1 recommande de ne garder que les systèmes de représentation des données numérique standardisés, ouverts et techniquement au point.

DataMatrix, QR Code et code à barres EAN-13. Tel serait le trio survivant à l'appel du groupement GS1, spécialisé dans la gestion de la chaîne logistique. Celui-ci recommande à ses adhérents et à ceux qui en dépendent de ne garder que ces trois formes de représentation. Cette direction avait déjà été annoncée - et relayée par L'Atelier Asie - en juin dernier à New York. Le tout, afin d'aider les fournisseurs à savoir dans quelle direction innover dans le m-commerce.
QR Code par réalisme
Le consortium est parti de critères qu'il estime indispensables. A savoir approuvées par l'organisation de standardisation ISO et GS1, mise en œuvre réussie, lisible par des appareils mobiles disponibles dans le commerce, et standards ouverts. Par standard ouvert, il faut comprendre utilisation gratuite et pas de brevet qu'un fournisseur pourrait exercer. Au final, seule une des représentation n'est pas un standard estampillé par le consortium : le fameux QR Code (Quick Response Code). Il semble que dans ce cas, GS1 aie fait montre de pragmatisme : ce système 2D est très répandu au Japon et dans l'est de l'Asie.
NFC dans le collimateur
EAN-13 ou EAN-UPC (European Article Number - Universal Product Code) est quant à lui déjà imprimé sur des millions de produits de grande consommation : c'est le code à barres à une dimension que nous pouvons retrouver sur nos boîtes de conserve. DataMatrix est, pour sa part, en deux dimensions. Selon GS1, il est très utilisé dans des secteurs comme l'automobile ou la santé. Le groupe de travail Mobile Com group du regroupement affirme plancher sur des futurs standards. Sont au programme des codes à barres à une dimension de plus grandes capacité, des étiquettes d'identification par radio fréquence (RFID) compatibles avec les téléphones portables et donc bien évidemment, les communications sans contact (NFC).

Haut de page

1 Commentaire

Quelques commentaires sur ce billet

- l'EAN-13 est aujourd'hui imprimé sur des milliards d'étiquettes (estimation GS1)

- une version plus dense (EAN-128) est en voie de standardisation

- le code barre 1D est très complémentaire du code barre 2D en ce qu'il existe déjà sur la plupart des biens de grande consommation

- le véritable challenge avec le code barre1D est de pouvoir le décoder avec n'importe quel camera phone du marché, et pas uniquement les modèles de haut de gamme équipés d'un autofocus et d'un mode macro...

Soumis par Philippe DEWOST (non vérifié) - le 20 octobre 2008 à 18h48

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas