Les objets communicants deviennent une réalité pour le grand public

Par 30 septembre 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Tikitag connecte un objet à un service en utilisant la technologie NFC. Pour en profiter, les utilisateurs doivent acheter un kit puis définir la fonction qu'ils souhaitent attribuer à l'objet.

Les initiatives pour connecter les objets sont nombreuses mais artisanales. C'est pour cela qu'il faut saluer le lancement de tikitag, un kit pour relier les objets des consommateurs à une fonction utilisant la technologie NFC. Le système, développé par Alcatel-Lucent, nécessite de coller un autocollant intégrant un circuit imprimé sur un produit. Il faut ensuite se rendre sur le site web communautaire de tikitag pour créer une application. Quand une personne présentera l'objet estampillé devant un lecteur NFC relié à Internet, il accèdera à la page ou au contenu qui lui est relié. Le lecteur se connecte en effet à un dispositif qui fait le lien entre un tag et une action, l'ACS (pour Application Correlation Server). "tikitag donne de l'intelligence à l'objet, et apporte une nouvelle dimension à des produits traditionnellement statiques", souligne à L'Atelier Toon Coppens, responsable du projet. Le site s'adresse aux particuliers mais aussi aux développeurs, qui auront la possibilité de travailler sur des usages qu'ils pourront ensuite revendre.
Street marketing, pointage en entreprise...
Il fournit ainsi ce qu'il appelle une interface de programmation à des tiers désireux d'intégrer tikitag à leurs offres. Les applications sont potentiellement nombreuses : systèmes de pointage pour salariés en déplacement, liaison entre une carte de visite et le site d'une entreprise, accès à du contenu supplémentaire dans des musées... Le secteur du marketing devrait aussi y trouver une véritable mine d'or : "avec la croissance des appareils portables RFID compatibles, l'utilisation des tags pour la publicité va se généraliser, via des affiches interactives par exemple", juge Toon Coppens. Les tags devraient également trouver leur place au niveau du marketing direct. "A la place de vendre un CD, un label de musique pourra proposer une figurine d'un chanteur et un lecteur NFC, qui permettra d'accéder à un espace web où l'on pourra profiter de sa musique et d'autres services liés".
Vers un lancement massif
Le système en est encore à ses débuts. Pour le moment, il est simplement possible de lier des balises NFC avec une adresse Internet, ou à un album photo hébergé. Tikitag est aussi présent sur le réseau social Netlog, et propose de relier une photo à son profil. Le dispositif sera commercialisé à partir du 1er octobre. En ce qui concerne les prix, il faudra débourser une cinquantaine de dollars pour acheter sur des sites comme Amazon le kit de démarrage, qui comprend un lecteur NFC qui se branche à un PC ou un smartphone par port USB, 10 tags et l'accès au site communautaire. Le système est intéressant. Il a surtout le mérite immense d'accélérer le développement d'objets connectés et de développer un cadre unifié qui en rend l'utilisation plus simple. A noter que cette offre à son pendant français. Violet, qui fabrique le Nabaztag, prévoit de commercialiser un équivalent, baptisé Mir:ror, le 23 octobre.

Haut de page

1 Commentaire

Sait-on si les puces tikitag et les puces mirror sont interopérable. C'est à dire que le fait d'utiliser les mêmes normes RFID permettrait d'enregistrer une puce de l'un sur la plate-forme de l'autre ou plus porteur encore le lecteur de l'un serait en capacité de lire et d'exécuter l'action accrochée à la puce de l'autre?
Si ce n'est pas le cas l'Internet des objets n'est pas prêt de faire rapidement le tour de la planète et du web. Qu'en pnesez-vous?

Soumis par jojo75 (non vérifié) - le 02 décembre 2008 à 09h45

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas