oDesk veut codifier les pratiques du télétravail

Par 26 novembre 2008 2 commentaires
Mots-clés : Smart city

La place de marché publie un manifeste édictant les principes qui doivent, selon elle, régir le travail en ligne. Au programme : rémunération à l'heure pour les salariés mais aussi droit de regard des employeurs.

Le travail en ligne est tout aussi viable que le travail au sein des locaux d'une entreprise. À condition qu'il corresponde à des règles bien définies et connues de tous, employeurs comme employés. Tel est le message que la plate-forme de télétravail oDesk souhaite faire passer à travers le manifeste qu'elle vient de faire publier. Censé codifier les droits et les devoirs de chacun dans ce domaine, ce document rappelle en partie les pratiques déjà mises en œuvre par le site Web. Des indépendants dans le secteur des nouvelles technologies (développeurs, graphistes) y proposent leurs services à des clients dans le monde entier. À travers son manifeste, odes souhaite donc populariser en matière de télétravail un modèle d'affaires fondé sur un principe simple : "Le télétravail n'a d'avenir que s'il s'agit d'un système gagnant / gagnant pour les deux parties en présence".
Système de captures d'écran
Le système oDesk garantit d'abord la juste rémunération de chaque heure passée devant son poste. "Chaque heure travaillée doit être une heure payée. Mais inversement, chaque heure payée doit être une heure travaillée", précise Gary Swart, le président directeur général de oDesk. La société a ainsi mis en place un système de surveillance de l'avancée du travail des prestataires embauchés, notamment à l'aide de webcams et de captures d'écran. Le dispositif permet aux travailleurs en ligne d'être payés à l'heure sans qu'ils aient besoin d'envoyer des factures ou d'émarger des feuilles de présence. Ils reçoivent leur traite directement sur leur compte chaque semaine. Leurs employeurs peuvent quant à eux vérifier l'état d'avancement de la mission qu'ils ont confiée à un prestataire. Et s'assurer ainsi qu'ils ne dépensent pas leur argent en pure perte.
Transparence et responsabilité
"Seul un tel modèle, fait à la fois de confiance, de transparence et de responsabilité, peut convenir dans le cas d'une généralisation du travail à distance". Selon oDesk, un employé doit avoir la liberté de vivre où il le souhaite et de travailler aux horaires qu'il désire sur les projets qui conviennent le mieux à ses compétences. Mais il doit en retour accepter d'être régulièrement soumis à un audit en ligne. Parmi les autres avantages du système : une visibilité accrue pour les candidats. Ils peuvent en effet proposer leurs services à des sociétés du monde entier. Ces dernières bénéficient pour leur part d'une main d'œuvre relativement bon marché dans la mesure où elles font jouer la concurrence entre les divers fournisseurs de services.

Haut de page

2 Commentaires

Rédigé avec la participation des membres du réseau Cyberworkers.com, le livre "Télétravail : les clés de la réussite" est en ligne.

Pour le téléchargement et le distribuer gratuitement autour de vous, allez sur http://www.cyberworkers.com/book

Soumis par Cyril Slucki (non vérifié) - le 27 novembre 2008 à 23h22

je suis metreur dissinateur en batimant

Soumis par mohmed abdelbasset (non vérifié) - le 29 octobre 2009 à 15h37

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas