Les opérateurs devraient bénéficier des services de localisation

Par 15 juillet 2011
Localisation mobile

La croissance du marché des services de localisation initialement offerts par les GPS devrait profiter aux opérateurs mobiles. Pour cela, ces derniers devront être attentifs aux particularités des différentes régions.

Le marché des services de localisation devrait passer de 2,8 milliards de dollars en 2010 à près de 10,3 milliards de dollars en 2015, selon une étude du cabinet américain Pyramid Research. « Plusieurs facteurs stimulent cette croissance : l’adoption de plus en plus importante des GPS et des smartphones, la pertinence des modèles économiques, la publicité sur mobile, et l'efficacité des réseaux à large bande» explique Jan Ten Sythoff, analyste au cabinet américain Pyramid Research. L'adoption croissante des GPS est en effet l'un des moteurs principaux, parce qu'ils permettent d’utiliser différentes applications à la fois, et sensibilise les utilisateurs aux nouveaux usages sur les mobiles.

Revenus complémentaires pour les opérateurs

Selon l'étude, en tête des services les plus pertinents se place la navigation, qui représente la part de revenus la plus importante. Les taggages et les services d’information géolocalisés sont également des offres qui trouvent leur marché. Des services que les opérateurs ont d'ailleurs tout intérêt à s'approprier pour élargir leur portefeuille. « Pour les opérateurs, c’est effectivement une occasion de percevoir d’autres revenus mais c’est aussi un obstacle. A l'origine, ils ne sont en général pas spécialisés dans ces services » explique Jan Ten Sythoff. Ce dernier tempère néanmoins son propos : « en 2008, les opérateurs percevaient 80% des revenus de l’ensemble des services liés à la localisation ».

S’adapter aux marchés

Cependant, les opérateurs mobiles doivent aussi prendre en compte les caractéristiques de chaque pays dans lequel ils opèrent. En effet, « il y a des différences notoires entre les marchés des services de localisation offerts par les différentes régions » ajoute Jan Ten Synthoff. Dans les marchés développés des régions d’Asie, le GPS a un taux de pénétration très important comme au Japon ou en Corée du Sud. En revanche dans les régions  d’Afrique, du Moyen Orient et d’Amérique latine, le taux de pénétration du GPS et des smartphones est plus bas. Autant dire que pour être pertinents, les opérateurs devront être attentifs à ces différences.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas