Opérateurs, gouvernements et fabricants songent déjà à la prochaine

Par 29 septembre 1997
Mots-clés : Digital Working, Europe

génération du GSM. Née sous l'impulsion de France Télécom au début des années 80, cette norme a rapidement emporté l'adhésion de nombreux acteurs au niveau européen. Lors d'un séminaire consacré au...

génération du GSM. Née sous l'impulsion de France Télécom au début des
années 80, cette norme a rapidement emporté l'adhésion de nombreux acteurs
au niveau européen. Lors d'un séminaire consacré au dixième anniversaire
de l'officialisation du GSM, Adrian Nemcek, vice-président et directeur
général de la division infrastructure cellulaire en Europe de Motorola,
expliquait, il y a quelques jours "sur les 200 millions d'abonnés au
téléphone mobile dans le monde en 1996, 60 millions utilisaient un
terminal à la norme GSM. En 2000, plus de 400 millions de personnes seront
abonnées et la moitié d'entre-elles utiliseront un portable GSM". Selon
Pertti Johansson, vice-président de cette même division "on recense
aujourd'hui 239 opérateurs dans 110 pays à travers le monde, quelque 203
réseaux commerciaux en exploitation dans une centaine de pays, tandis que
24 nations se sont ralliées l'an dernier à la norme et plus d'une
quinzaine le feront cette année". Les acteurs du marché étudient déjà les
prochaines générations, GSM Phase 2.5, notamment la troisième génération
l'UMTS (Universal Mobile Telephone Services), un système large bande. Ses
premières applications commerciales devraient être lancées entre 2002 et
2005. Le mobile ressemblera alors davantage à un "smart phone", terminal
intelligent doté d'un écran large. Il pourra déterminer lui-même la bande
de fréquence (900, 188, 199 Mhz) ou la nature du réseau (GSM, DECT, PHS)
dans lequel il doit fonctionner, se connecter sur les réseaux
Internet-Intranet, effectuer des transactions de type porte-monnaie
électronique, ou bien encore recevoir des images vidéo ou transmettre des
données à haute vitesse. La question qui se pose, même si tout le monde
est d'accord pour que le coeur du futur système UMTS soit le GSM, est
celle de la définition de l'interface radio. Partisans du GSM et école
japonaise s'affrontent. Il sera toutefois nécessaire que ce futur système
soit compatible avec le système GSM actuel.
(La Tribune - 29/09/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas