Les opérateurs s’affrontent sur les fréquences.

Par 31 août 1998
Mots-clés : Digital Working, Europe

Selon les professionnels, près de 2 millions de Français vont s’abonner au téléphone mobile entre septembre et décembre, portant ainsi le parc total fin 1998 à plus de 10 millions d’abonnés. Fin 199...

Selon les professionnels, près de 2 millions de Français vont s’abonner au
téléphone mobile entre septembre et décembre, portant ainsi le parc total
fin 1998 à plus de 10 millions d’abonnés. Fin 1997, Itinéris, SFR et
Bouygues Télécom totalisaient ensemble 5,69 millions d’abonnés.

La rentrée 1998 devrait s’avérer beaucoup plus calme que l’an passé. Seul
Bouygues pour le moment devrait modifier notablement ses offres.
Aujourd’hui, l’opérateur lance une offre “Premier” à 155 F pour deux
heures de communications, avec toutefois moins de services gratuits. Le
prix de la minute (au-delà du forfait) des trois forfaits classiques
rebaptisés Liberté 2 heures, 4 heures ou 6 heures, baisse et passe entre
0,95 et 1,45 F.

Les trois opérateurs devraient aujourd’hui, en revanche, poursuivent leur
bataille sur le terrain des fréquences GSM 900 et DCS 1800.

Ne disposant plus d’assez de fréquence en GSM 900 pour faire face au
trafic dans les principales villes françaises, Itinéris et SFR ont obtenu
de l’ART , au cours du premier semestre, l’attribution de nouvelles
fréquences. Dès 1999, ils pourront bénéficier des fréquences en 1800
mégahertz réservées à Bouygues Télécom jusqu'à fin 1998.
Bouygues Télécom pourra, en contre partie, disposer, dans des régions non
saturées, de fréquences en 900 mégahertz.

Même s’il affirme ne pas vouloir construire son réseau en utilisant même
partiellement des fréquences GSM 900, Bouygues Télécom a recu cet été,
très discrètement, l’autorisation de l’ART d’expérimenter techniquement
jusqu'à la fin septembre un réseau GSM 900 dans la région de Nevers et de
Montluçon.

Les observateurs s’interrogent sur la stratégie de Bouygues Télécom qui
dès la rentrée va lancer une carte SIM seule, sans être intégrée à un
téléphone. L’opérateur indiquait hier “il ne s’agit que de pousser le
marché de l’occasion”. Toutefois, de nombreux fabricants mettant
progressivement sur le marché des téléphones bibandes, certains
professionnels se demandent si l’initiative de Bouygues ne serait pas une
réponse aux futures offres d’Itinéris et de SFR qui intégreront des
appareils bibandes et pourront vanter la qualité du DCS 1800 en ville avec
une couverture nationale en GSM 900.
(La Tribune - 1er/09/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas