Quelles opportunités de financement pour les projets de e-santé ?

Par 06 juillet 2015
les financements santé sont en plein développement

[Université d’été d'e-santé de Castres] Entre start-up et grands groupes, les programmes de financements des projets e-santé sont en pleine éclosion. Un domaine qui pesait en 2013, déjà, plus de 5 milliards de dollars.

Alors que les initiatives en matière de e-santé se multiplient à travers le monde – qu'il s'agisse d'applications ou de wearable – comment les entreprises françaises et européennes initiatrices de tels projets peuvent-elles accéder à un financement digne de ce nom et qui pourrait contribuer à la bonne réalisation de leur projet, surtout lorsque celles-ci se trouvent être en phase d’amorçage ? Dans ce contexte, les grands acteurs du financement commencent à se faire entendre, bien conscients des enjeux de ces nouveaux financements. À l'image de la BPI, acteur historique de l'accompagnement des entreprises, qui s'attaque maintenant à l'industrie de la santé : « Il faut le savoir, l'e-santé est le secteur le plus soutenu en termes de technologie médicale en 2014 » explique Sebastien Rul chargé d'affaires innovation Bpifrance lors de l’Université de la e-santé de Castres.

Grands groupes et start-up participent

Dans le but d'incrémenter le soutien offert aux entreprises e-santé, ce sont trois programmes qui ont été mis en place par la BPI (aide à l'innovation, programme collaboratif, fond propre) avec, pour chacun, des financements pouvant atteindre les 50 millions d'euros en fonds directs. Parmi les exemples de projets financés, l'entreprise MelanOpTIC, qui développe une solution de dépistage précoce du mélanome via smartphone ou tablette à l'attention des dermatologues, ou encore l'entreprise Picado en charge du premier système opérationnel de domomédecine multipathologies (cancer, diabète, etc.) permettant une prise en charge à domicile.

Du côté des start-up, des opportunités existent notamment grâce au financement participatif. C'est le but de la plateforme Wellfundr, qui s'exprimait récemment sur le site de L'Atelier, et qui participe à éveiller les consciences à propos du crowdfunding. Une technique de financement qui a d'ores et déjà permis de lever près de 152 millions d'euros en 2014 dans l’Hexagone. En offrant plusieurs solutions (reward based, crowdequity, crowdlending), la plateforme assure 66 % de réussite aux entreprises qui y déposent leur projet. Une start-up qui affiche à son palmarès le financement de projets comme celui de Wounddesk, une application permettant un suivi des plaies à distance.

Des financements à l’échelle de l’Europe

Côté européen, les initiatives ne manquent pas. Le financement est au cœur des stratégies puisque le réseau « entreprise europe network » financé par la commission européenne œuvre au sein de 63 pays pour apporter des informations aux futures structures entrepreneuriales. Autre fer de lance de l'Union européenne, le projet Horizon 2020, initié par la commission européenne pour financer l'innovation en Europe de l'année 2014 à l'année 2020. Avec pour priorité, l'idée d'identifier des problématiques sociétales auxquelles les technologies et les projets de recherche pourraient répondre.

 

Outre-Manche, les projets collaboratifs dans la but de stimuler l'innovation se développent également. À l'image du projet MALCOLM, réel partenariat entre deux régions a priori déficitaires en matière d'innovation : Sehta au sud de l'Angleterre et la Basse-Normandie. Avec pour objectif premier de créer les outils nécéssaires à la bonne compréhension des opportunités pour l'implantation de technologies e-santé dans ces régions costales qui par conséquent attirent une population relativement âgée. Le projet apporte un réel bénéfice aux PME présente en leur procurant de l'information, de l'accompagnement en terme de décisions, et de networking avec pour objectif premier l’accompagnement du patient et la simplification de son « parcours » médical.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas