Oracle / PeopleSoft : la saga estivale continue !

Par 02 juillet 2003
Mots-clés : Smart city

PeopleSoft, éditeur de progiciels soumis à une grosse pression financière de la part de son concurrent Oracle, essaye d’enfoncer le clou ! Après la demande du ministère de la Justice américain ...

PeopleSoft, éditeur de progiciels soumis à une grosse pression financière de la part de son concurrent Oracle, essaye d’enfoncer le clou ! Après la demande du ministère de la Justice américain (DOJ) d’un complément d’information concernant l’offre publique d’achat (OPA) hostile d’Oracle sur PeopleSoft, cette dernière entreprise a fourni son point de vue sur la question et s’est adressée à ses actionnaires par le biais de deux communiqués de presse. Oracle n’a pas de date butoir pour produire les renseignements demandés par la DOJ, mais a tout intérêt à se dépêcher s’il souhaite conclure son opération au plus vite.

Jim Finn, le porte-parole d’Oracle, qui avait largement anticipé la décision du ministère, s’est déclaré confiant : « Nous n’avons pas été surpris, étant donné l’importance de la transaction et le fait que la procédure engagée par PeopleSoft [soit] également examinée par les régulateurs », a-t-il déclaré. « Nous continuons de penser que le département de la Justice va conclure que cette opération ne porte pas atteinte à la concurrence, et que nous pourrons achever la transaction dans les temps ».

PeopleSoft, dont la proposition de rachat de J.D. Edwards, autre acteur du secteur, est également examinée par la DOJ, qui statuera avant le 14 juillet sur la validité de cette opération ou l’interdira, a décidé de présenter son point de vue. La société affirme ne pas être surprise par cette décision, qui la conforte dans son opinion, à savoir que l’OPA d’Oracle va à l’encontre des textes anti-trust et qu’elle est donc illégale : « PeopleSoft a toujours affirmé que la fusion envisagée entre PeopleSoft et Oracle serait soumise à de nombreux retards d’ordre réglementaire, et qu’une telle transaction avait toutes les chances d’être interdite ».

Le fabricant de progiciels a également adressé une lettre ouverte à ses actionnaires, sans tenir compte de la plainte déposée par Oracle, qui accuse PeopleSoft de tenter d’influencer ses actionnaires. PeopleSoft leur explique dans ce communiqué son rejet de l’OPA d’Oracle, pointant les « grands risques » de l’opération, décriant « les déclarations d’Oracle concernant ses projets pour les produits de PeopleSoft [qui] créent une grande incertitude à propos du niveau de support et de mise à jour dont bénéficieront les clients ». PeopleSoft a également souligné la complémentarité des offres de J.D. Edwards et des siennes.

(Atelier groupe BNP Paribas – 02/07/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas