Les ordiphones participent au développement du m-commerce

Par 04 janvier 2010
Mots-clés : Future of Retail

La popularisation de l'iPhone, des Blackberry et des téléphones sous Android est annonciatrice d'un essor des échanges marchands sur mobiles. À condition que les sites s'adaptent ces nouveaux usages...

Les propriétaires de smartphones sont de plus en plus enclins à effectuer des achats depuis leur téléphone, révèle Compete dans une étude trimestrielle sur ce marché. D’après l’agence marketing, le commerce mobile devrait connaître une croissance importante en 2010. Plus d'un tiers des propriétaires de smartphones ont effectué des achats depuis leur portable dans les 6 derniers mois. Pour l’instant ces achats se concentrent sur les produits culturels. Ils sont en effet presque un cinquième à avoir acheté de la musique, suivent ensuite les livres, DVD et jeux vidéo pour près de 15% des personnes interrogées.
Les sites tardent à s’adapter à un usage mobile
Pour les auteurs de l’étude, le principal frein à ce développement prévu viendra du manque de fonctions des sites de commerce mobile. De même que l’e-commerce souffrait à ses débuts d’un nombre important d’abandons en cours de transaction, les sites qui ne sont pas optimisés pour une expérience sur mobile peinent à transformer l’intérêt des mobinautes en achats. L’étude montre ainsi que près de 10 % des possesseurs ayant voulu acheter un produit depuis leur mobile se sont trouvé dans l’impossibilité de le faire. Pour près de la moitié d’entre eux, le site ne parvenait pas à charger et environ 40% ont quitté le site car il n’était pas conçu spécialement pour un usage sur mobile.
Différence d’utilisation selon les appareils
Par ailleurs, l’étude souligne que les sites de m-commerce tardent à prendre en compte les différences d’utilisation qui existent entre les différents portables. « Il y a des différences notables entre les appareils », rappelle si besoin était une des responsables de l’étude. « Les utilisateurs d’Android ont des caractéristiques différentes de celles des adeptes du Blackberry ou de l’iPhone ». La moitié des possesseurs de Blackberry sont ainsi prêts à dépenser plus de 500 $ pour une application, alors que ce chiffre tombe à 40% pour les utilisateurs d’Android et à moins de 10% pour les possesseurs d’un iPhone. Dans leurs activités aussi les différentes catégories diffèrent. Les utilisateurs d’iPhone et d’Android sont plus nombreux à comparer les prix entre différentes enseignes pendant qu’ils font des courses.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas