Oureparer.com : un nouveau site pour réparer ses objets du quotidien

Par 15 décembre 2014 7 commentaires
Mots-clés : Smart city, entrepreneuriat
oureparer.com

Réparer nos objets du quotidien au lieu de les jeter !

C’est l’idée très "smart-city" mais ambitieuse que propose oureparer.com, start-up double lauréate des Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris (dont L’Atelier est partenaire). Rencontre avec son co-fondateur Clément Follin-Arbelet. 

L'Atelier: Pourquoi lancer une startup de réparation de produits?

Ou Réparer: C’est François Penin (NDLR: co-fondateur) qui en a eu l’idée originale. En utilisant le service des encombrants de la Mairie de Paris, François a remarqué qu’à aucun moment il y avait une revalorisation de ces objets. L’idée lui est donc venue de développer une application permettant de prendre en photo l’objet et de le proposer sur la plateforme communautaire. En présentant ce projet autour de lui, on lui a fait remarquer qu’il fallait déjà creuser l’étape d’avant; à savoir la réparation car c’est très compliqué de trouver un réparateur. Le concept a ainsi émergé, François m’en a parlé et j’ai de suite adhéré.

Comment est né ouréparer.com?

J’ai posé un congé création d’entreprise en Février, nous avons déposé les statuts de l’entreprise et nous avons entrepris de démarcher des réparateurs tout en développant en parallèle le site version bêta. Cette démarche peut paraître bizarre, mais en réalité elle nous a permis de mieux comprendre les problématiques du marché, de repenser totalement la solution, et de proposer une vraie innovation.

4 mois après la mise en ligne du site, quel premier bilan tirez-vous?

Volontairement, nous n’avions pas prévu de plan de communication au lancement, car nous souhaitions attendre de sortir la version définitive, pour répondre efficacement au besoin. Pour autant, nos participations à différents concours nous ont permis d’avoir des retombées médiatiques. Nous avons actuellement 2500 abonnés à notre newsletter, plusieurs centaines de visiteurs par mois et une base de 250 réparateurs sur Paris (tous ayant a minima un statut d’auto-entrepreneur)

Comment envisagez-vous la suite?

Le fait de lancer le site en version bêta tout en poursuivant nos études de marché, nous a permis d’affiner notre positionnement. Nous allons ainsi lancer en Mars 2015 une nouvelle plateforme avec une ergonomie totalement différente, et surtout une réelle innovation dans l'accès aux réparateurs. L’idée est de recentrer notre rôle afin d’être un apporteur d’affaires entre les particuliers qui ont un besoin de réparation et les professionnels qui pourront y répondre. Concrètement, les particuliers pourront soumettre leurs besoins de réparation. Les pros pourront y répondre avec une offre tarifée transparente.

Quel valeur ajoutée apporte votre solution aux particuliers ?

Un gain de temps (plus besoin d'appeler les réparateurs un par un et comparer leurs propositions puisque ce sont les réparateurs qui viennent aux particuliers), un gain d’argent (notre objectif est de clarifier les propositions tarifaires et de tirer les prix vers le bas en ramenant de la concurrence à ce marché), et un gain de transparence et de confiance (grâce aux garanties proposées et à la qualification des pros)

Quelle est votre stratégie pour développer l’usage ?

Nous souhaitons réaliser une levée de fonds pour le 1er trimestre 2015 d’un montant de 500k euros. La moitié de ce montant sera dédié au plan de communication et l’autre partie au recrutement de personnes afin de développer notre relation client et le recrutement de réparateurs.

Peux-tu nous décrire la Reparschool ?

Nous souhaitons innover dans notre manière de communiquer. La Reparschool s’inscrit en partie dans cette démarche : nous proposons des cours pour celles et ceux qui souhaitent apprendre à réparer eux mêmes, encadrés par des pros de la réparation. La ReparSchool nous permet aussi de fédérer notre communauté autour de la réparation, par une approche plus sensible et conviviale.

Haut de page

7 Commentaires

Voilà un projet intéressant pour lutter contre cette fameuse obsolescence. Par contre, je vous avoue ne pas avoir très bien compris si le projet a démarré ou non? Le site semble dire que tout est en stand by. A la veille de noël, il y a de quoi faire! A suivre donc.

Soumis par Angry Mum (non vérifié) - le 16 décembre 2014 à 10h40

Pour rappel, j'avais trouvé cette vidéo réalisée par des Barcelonais sur l'obsolescence programmée, je la conseille encore aujourd'hui et ce un an après.
http://www.angrymum.fr/lobsolescence-programmee-de-noel/
Merci

Soumis par Angry Mum (non vérifié) - le 16 décembre 2014 à 10h44

Hello, tres bonne idée, pensez au crowdfounding pour vous faire financer.
bonne continuation.

Soumis par mathiouze tone (non vérifié) - le 16 décembre 2014 à 14h24

on entend de plus en plus parler d'obsolescence programmée. C'est à dire d'un objet globalement qui va s'user plus vite.

LA VERITE EST TOUT AUTRE.
Il s'agit en fait d'escroquerie. Je m'explique. Vous allez chez DARTOS un magasin qui vend des aspirateurs. Il va y avoir 2 aspirateurs très peu chers puis la majorité des autres bien meilleurs pour le double du prix et enfin 2 aspirateurs hauts de gamme.
1ere escroquerie : vous tombez dans le panneau, vous achetez le bas de gamme. L'aspirateur va casser au bout d'un an après la garantie et vous devrez en racheter un autre de milieu de gamme en râlant. Le magasin aura donc vendu 2 aspirateurs.
2eme escroquerie: l'aspirateur de milieu de gamme est fonctionnel pendant un an ou deux ans mais la fine patte qui tient le couvercle du collecteur de saleté va casser. Le caoutchouc qui entoure l'entrée du collecteur de saletés est cuit et la poussière se répand partout.
Donc, le moteur de votre aspirateur va surement fonctionner pendant 10 ans mais vous ne pouvez plus utiliser votre aspirateur.
Vous avez surement en tête d'autres appareils dans le même cas, non ?
ce n'est pas de l'obsolescence c'est de l'arnaque !

Soumis par Paul H. (non vérifié) - le 16 décembre 2014 à 23h03

Salut
Vous avez pratiquement raison, le bricolage ça peut toujours aider et les vieux outils et trucs sont toujours utilisables tant qu’on sait comment les transformer.

http://temoignageetfaits.unblog.fr/2014/11/25/envoi-de-fax-a-travers-les-sites-internet/

Soumis par fax par internet (non vérifié) - le 30 décembre 2014 à 15h28

Très bon conseille, en effet, parmi ces choses qu’on utilise au quotidien, il y en a qu’on peut encore utilisé ou qu’on peut transformer en d’autres chose qu’on peut aussi utiliser.
Merci pour l'article.
http://temoignageetfaits.unblog.fr/2015/01/08/la-place-de-la-technologie-au-sein-de-lhumanite/

Soumis par service fax (non vérifié) - le 22 janvier 2015 à 11h32

Et si on parlait aussi de couture : retourner le col de cette si belle chemise qui n'est usée qu'à cet endroit... raccourcir, rallonger, rétrécir, élargir cette jupe en parfait état... rattraper une maille avant que le trou s'élargisse... adapter un rideau à une nouvelle fenêtre... La machine à coudre est rentabilisée au fil des années et des aiguillées.

Soumis par bikista43 (non vérifié) - le 09 février 2015 à 14h27

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas