Outre-Atlantique, le coût n'est pas le seul frein au haut-débit

Par 25 février 2010
Mots-clés : Smart city

Le prix du matériel et des abonnements reste un obstacle important à l'accès à Internet en large bande. Mais ce n'est pas tout : l'absence de culture numérique et un désintérêt pour le web sont aussi à prendre en compte.

Si les Américains sont de plus en plus nombreux se connecter à l’Internet haut-débit, une part non négligeable demeure privée de connexion ADSL. C’est ce que révèle une étude* de la FCC (Federal Communications Commission), selon laquelle quatre-vingt-treize millions d’Américains ne possèdent pas encore de connexion haut-débit. "Il y a trois principales raisons qui expliquent cela : le coût, une absence de culture numérique, et un désintéressement pour Internet en général",indique le rapport. Parmi les personnes qui ne possèdent pas un accès haut-débit, un tiers mentionne ainsi l’obstacle financier. Certains ne pouvant acquérir un ordinateur, d’autres estimant  que les forfaits sont encore trop onéreux, et près de 10 % refusant de souscrire à un contrat sur le long terme.
Le manque de connaissance numérique est l’un des obstacles mentionnés
Pour la question du manque de culture numérique, l’étude révèle que dix-sept millions d’Américains sont encore incapables d’utiliser du matériel informatique, ou craignent de trouver en ligne des contenus indésirables auxquels ils ne veulent pas être confrontés. Sans compter l’appréhension liée à la sécurité des données divulguées sur la toile, qui demeure une véritable source d’inquiétude. Enfin, près de 20 % des personnes interrogées qui ne possèdent aucune connexion haut-débit affirment ne pas voir l’intérêt du Net. Selon elles, les activités en ligne sont avant tout chronophages, et proprement inintéressantes. A noter : les obstacles se combinent pour la plupart des individus ayant participé à l’enquête de la FCC.
Plusieurs catégories subdivisent le groupe des personnes réticentes
Ainsi, plus de la moitié de ceux qui ont mentionné le coût dans les obstacles potentiels ont également indiqué le manque d’habilité numérique et un désintéressement global pour les nouvelles technologies. L’étude a distingué plusieurs catégories de personnes réticentes. Cela va des "presque convertis" (30 %) aux "distants du numérique" (28 %, avec une moyenne d’âge de 63 ans). Certaines personnes interrogées apprécient l’idée d’une connexion haut-débit mais ne peuvent se permettre d’installer un tel système chez elles. Pour d’autres en revanche, c’est exactement l’inverse : elles ont tout à fait les moyens mais ne désirent pas surfer sur la Toile.
* Etude menée auprès de 5.005 Américains entre Octobre et Novembre 2009.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas