Le P2P étend le principe du streaming à tous les matériels

Par 19 mai 2009
Mots-clés : Smart city

En passant au pair à pair, des industriels européens veulent étendre la diffusion de contenus vidéo à tous les dispositifs connectés

Le consortium européen P2P Next parie sur Internet pour la diffusion télévisuelle. Problème : la diffusion sur le web se heurte encore des soucis de saturation pour retransmettre des contenus vidéo en streaming à un large public. Pour pallier cela, les chercheurs veulent faire évoluer le peer to peer en une nouvelle plate-forme de livraison de vidéo en streaming. L'avantage est que la personne qui reçoit des données les renvoie sur sa propre connexion vers les autres utilisateurs. Le système s'annonce comme une solution pour les entreprises qui veulent avoir un service continu sur tous les médias et sur tous les terminaux quel que soit le lieu.
Un projet multifonction
Grâce à la vidéo diffusée en Peer to Peer, les utilisateurs ont le choix de ce qu'ils désirent regarder avec une meilleure utilisation de leur connexion. Une occasion d'après les chercheurs d'étendre la notion de diffusion de média aux concepts de vidéo à la demande et aux réseaux sociaux. Les utilisateurs étant reliés entre eux, ils sont libres de commenter et de discuter à travers la plate-forme des flux qu'ils partagent. Selon les responsables du projet, la plate-forme permettra également aux entreprises de ne plus avoir besoin d'avoir des dizaines de serveurs pour satisfaire les internautes.
Problème de légalité ?
Autre point mis en avant par le consortium : grâce à la meilleure utilisation des bandes passantes, le service pourra être étendu en continu à plus de terminaux, comme le mobile. Autre avantage, cette plate-forme est en open source. Les chercheurs de P2P Next, prévoient une augmentation rapide du nombre de services qui seront disponibles. Le consortium intègre aussi bien des instituts de recherches que des distributeurs de films et des chaînes traditionnelles comme la BBC. Il est financé par l'Union européenne dans le cadre du projet "seventh program framework" est devrait durer encore trois ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas