Pour le paiement, les Australiens choisissent les empreintes digitales

Par 09 octobre 2012 Laisser un commentaire
empreinte digitale

D’après une étude, l'identification biométrique alliant commodité et sécurité est l'avenir du paiement en Australie.

Après le paiement par smartphone grâce à la technologie NFC, place au paiement par empreintes digitales ou encore par scanner des yeux. Les Australiens, en tout cas, y sont favorables. En effet, 1/3 préfèreraient vivre dans un monde sans espèces d’après une enquête Newspoll commandée par ANZ. En outre , 79% des Australiens ont déclaré qu'ils seraient à l'aise avec la technologie d'empreintes digitales lorsque celle-ci remplacera un jour le code bancaire. De même, 67% seraient à l'aise en utilisant une machine qui scanne les yeux pour vérifier l’identité d’une personne. En effet, pour des questions de praticité et de sécurité, 38% des Australiens préfèreraient vivre dans un monde dans lequel ils n'ont pas besoin de transporter de l'argent. Par exemple 73% des individus trouvent qu'il est gênant lorsque les petites entreprises n'acceptent pas les cartes mais seulement les espèces. En outre, ce phénomène est encore plus marqué chez les 18-34 ans, qui sont 82% à estimer cela frustrant.

Assistant numérique personnel

 

Ensuite, en Australie, une partie de la population est prête à transférer une partie de ses activités à un assistant numérique personnel. Mais pour cela, ils auraient besoin d'une journée de formation par exemple que 40% sont prêts à suivre. Cet assistant serait en fait un programme informatique intelligent qui prendrait des décisions financières en votre nom et effectuerait des transferts de fonds entre vos différents comptes. «Nous avons déjà appris à exprimer ce que nous voulons à nos smartphones grâce à des technologies comme Siri d'Apple. Ainsi, il ne faudra pas attendre très longtemps pour que nous nous appuyions sur un assistant numérique personnel comme Siri afin de nous aider dans les opérations bancaires» note l'auteur et entrepreneur  Australien Ross Dawson cité par ANZ dans son communiqué. Toutefois, bien que 49% des 18 -34 ans, aiment l'idée d'un assistant numérique personnel, seulement 30% des baby-boomers indiquent qu'ils seraient susceptibles d'utiliser cette technologie.

Les banques doivent prendre le pli

Enfin, les Australiens veulent toujours un face-à-face réel pour les "articles couteux". 62% des Australiens indiquent qu'ils préféreraient faire une demande de prêt ou obtenir des conseils hypothécaires (64%) dans une succursale de la banque à l'aide de la technologie numérique. Le sondage montre que les Australiens sont prêts à prendre le pas dans l'adoption de ce type de technologie, mais que ce sera aux banques de répondre et d’être à la hauteur. Philip Chronican chef de la direction d’ANZ Australie affirme que «les résultats soulignent pourquoi les banques doivent évoluer avec le temps et se mettre aux services bancaires qui interagissent avec leurs vies, comme l’expriment les Australiens».
 

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas