Le paiement par mobile s'affranchit des opérateurs

Par 12 novembre 2007

Les solutions distinctes des portails liés aux opérateurs télécoms permettent aux fournisseurs de biens et de services sur mobiles de proposer des solutions de m-paiement plus rapides et moins chères.

(cliquez pour agrandir)Plus de 2,6 milliards de personnes utilisent désormais un téléphone portable dans le monde. Un chiffre qui laisse présager de belles perspectives pour le paiement par mobile. Mais aujourd'hui, un grand nombre d'achats reste de l'ordre du micro-paiement et consiste en l'achat de sonneries pour son mobile ou celui de produits digitaux peu coûteux. Des dépenses souvent effectuées via le portail de son opérateur, qui ajoute le prix de la transaction sur la facture du client ou qui la valide via l'envoi d'un SMS ou par Wap billing – qui permet de faire du SMS non plus un canal de paiement mais de commande, le paiement s'effectuant par Wap push sur la facture de l'opérateur. Seul problème : l'opérateur prend au passage des commissions souvent importantes. Pour échapper à ces taxes et susciter l'intérêt du consommateur, de plus en plus de solutions se développent off portal (ou off deck). C'est-à-dire indépendamment de l'opérateur.
Le paiement interpersonnel en ligne de mire
Elles permettent notamment d'effectuer des paiements de personne à personne ou des petits achats. Ainsi, en France, la Caisse d'Epargne a lancé à la fin de l'année dernière Movo, un système de paiement entre particuliers par SMS, serveur vocal, Wap ou iMode. Au départ réservé aux clients de la banque, il est désormais ouvert à tous. Aux Etats-Unis, c'est le californien Obopay qui propose le paiement par mobile pour les particuliers ou les petites entreprises. Et il faut croire que les affaires marchent : la jeune pousse a récemment levé la somme de 29 millions de dollars pour étendre ses activités. Le paiement de personne à personne devrait trouver toute son utilité dans le cadre du transfert d'argent transfrontalier. Et il devrait représenter un marché plutôt juteux : selon Forrester Research, plus de 250 milliards de dollars devraient circuler via ce type de transactions en 2007.
Les solutions off portal proposent l'achat de biens et de services
Au niveau des biens et des services, PayPal mobile tient le haut du pavé. Celui-ci propose, en plus du paiement interpersonnel, le Text2Buy. Une solution qui permet d'envoyer un SMS pour acheter un produit après avoir relevé un code en bas d'une annonce. "La transaction finale s'effectue hors ligne", précise Stéphane Kasriel, le directeur général de PayPal France interrogé par L'Atelier. Selon lui cette dernière méthode propose une solution à mi-chemin entre la transaction de proximité et celle effectuée à distance sur Internet. Elle représente également un moyen efficace pour les annonceurs de monétiser leurs produits à distance. La firme a aussi lancé le Wap Check Out, pour généraliser l'achat de biens et services, notamment ceux représentant de grandes sommes, ajoute Stéphane Kasriel. Là, la transaction s'effectue sur le modèle du e-commerce. Seul hic, si Paypal mobile est disponible au Royaume-Uni, au Canada et aux Etats-Unis, aucune date n'est encore annoncée en France.
Mathilde Cristiani
L'avis d'expert

Les opérateurs doivent revoir leur stratégie de m-paiement
Le mobile pourrait représenter un medium idéal de transaction financière. Mais les marges pratiquées par les opérateurs sont encore trop élevées et favorisent le développement de services off-deck.

Par Paul Budde, p-dg du cabinet d'analystes australien BuddeCom

PayPal connaît un important succès sur Internet. Les petits acteurs ont du mal à se faire une place sur le marché, qui requiert de lourds investissements. En ce qui concerne le paiement par mobile, le chemin est encore long. Les institutions bancaires se sont longtemps montrées peu amènes à envisager des services qui pourraient ébranler leurs intérêts. Les opérateurs sont encore nombreux à privilégier leurs propres systèmes de facturation des transactions. Ceux-ci sont très lucratifs : certains opérateurs prennent des marges allant jusqu'à 50 %. Aujourd'hui, les mobinautes préfèrent se diriger vers les services "off deck" et payer via des systèmes comme Paypal sur mobile. Ce, plutôt que d'être obligés de passer par le portail mobile de leur opérateur.

Vers une alliance entre opérateurs et organismes financiers

Cet état de fait devrait encourager les institutions financières et les opérateurs à réagir. Mais ces derniers devront affronter plusieurs difficultés. Ils auront des licences à payer et devront se soumettre à des opérations de régulation. La question sera alors de savoir s'ils seront capables de tout surmonter. Au regard des précédents échecs en matière de services à valeur ajoutée, j'en doute. En clair, ils devraient être forcés de s'allier avec l'industrie financière. Cela pourrait stimuler la création de sociétés comme PayPal, capables de se développer rapidement et de proposer des solutions de micro-paiement plus adaptées aux transactions sur Internet. Pour le futur du paiement sur mobile, il serait bon de regarder les services d'acteurs du Net comme Google, Yahoo!, MySpace, YouTube, eBay, Skype, Facebook ou encore Second Life.

…et sur L'Atelier Asie :

La banque 100 % mobile est arrivée (04/05/2007)

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas