Paradoxe des TPE : plus de commerce en ligne, avec moins de sites Web !

Par 28 janvier 2005

Les petits entrepreneurs qui vendent directement aux consommateurs sont de plus en plus persuadés de l'efficacité d'Internet. Commercialement, le Web peut leur apporter davantage d'ouverture...

Les petits entrepreneurs qui vendent directement aux consommateurs sont de plus en plus persuadés de l'efficacité d'Internet. Commercialement, le Web peut leur apporter davantage d'ouverture qu'aux grandes PME qui y trouvent toutefois un bon moyen pour accroître leur image et leur notoriété.
Leur jugement est-il bon ? Oui. La preuve ? Les TPE obtiennent plus de contacts commerciaux avec moins de site Web. Paradoxe révélateur : les TPE sont moins nombreuses que les PME à disposer d'un site Web : 49 % pour les entreprises de 6 à 9 salariés, contre 77 % pour celles qui emploient entre 100 et 200 collaborateurs ( Source : BNP Paribas Lease Group, janvier 2005 ). En revanche, 43 % des TPE pourvues d'un site Web vendent via ce médium, contre seulement 23 % pour les plus grosses PME.
Quelle proportion du chiffre d'affaires global des TPE/PME est-elle drainée par Internet ? Le décollage du commerce en ligne chez les PME françaises est encore trop récent pour donner des chiffres significatifs. Aux Etats-Unis, le recul est en revanche plus net : on estime que l'e-commerce a décollé pour les Small & Medium Enterprises (SME) depuis 2002.
La majorité des SME américaines (58 %) qui possèdent un site Web, réalisent entre 1 et 25 % de leur chiffre d'affaires par ce biais (Source : Interland, 2004) . Mais, parmi elles, 36 % récoltent entre 1 et 10 % de leurs revenus globaux. Les 22 % restant, obtiennent entre 10 et 25 % de leur chiffre d'affaires.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas