Les parlementaires anglais utilisent Internet mais pas pour interagir

Par 25 février 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Internet est bien intégré à la culture politique anglaise. Pourtant, les députés britanniques utilisent peu les outils 2.0 pour communiquer avec les citoyens.

Outre-Manche, les politiciens utilisent Internet pour informer leurs concitoyens. Mais c'est une communication à sens unique, indique un rapport du New Hansard Society, sponsorisé par Microsoft. Selon l'étude, ces politiques utilisent de façon très importante les outils passifs de communication comme les sites web personnels et l'envoi de courriels. D'après Stanislas Magniant, fondateur de Netpolitique, "le Royaume-Uni à des longueurs d'avance sur la France, et même les États-Unis en matière de net-gouvernance". Il précise même que "Twitter y est présent, et l'e-pétition est en place à Downing Street et bientôt à la Chambre des Communes". Pourtant, d'après le rapport, peu de membres du parlement utilisent pleinement leur potentiel interactif.
Des outils participatifs peu utilisé
Seulement un peu plus d'un sur dix blogue. Et encore, le rapport précise que la possibilité de laisser des commentaires sur les blogs est la plupart du temps désactivée. Un désintéressement qui semble être du plus au manque de temps, de ressources et surtout à la mauvaise réputation de la blogosphère qu'à l'âge ou à l'utilisation marginale du blog chez les électeurs. Et seulement un quart des parlementaires utilise les réseaux sociaux. L'auteur du rapport Andy Williamson, directeur du programme eDemocracy au Hansard Society, modère ces chiffres en rappelant que "l'utilisation des réseaux sociaux était de 3 % en 2005".
Des disparités compréhensibles
Le rapport met également en avant des disparités selon l'origine géographique des députés : les députés londoniens exploitent plus que la moyenne ces supports. Mais aussi selon leur âge et leur date d'élection. Le renouvellement des parlementaires devrait donc favoriser la généralisation du web 2.0 comme outil de communication à double sens. Andy Williamson rappelle que "les parlementaires utilisent l'Internet comme un outil pour l'organisation d'une campagne et pour organiser leurs partisans". La victoire de Barack Obama et l'utilisation massive des outils Web 2.0 lors de sa campagne devraient également favoriser l'adoption rapide pour tous les politiques de ce nouveau média de communication participatif.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas