Partager la gestion du réseau libère les opérateurs de la technique

Par 12 mai 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Les acteurs des télécommunications ne défendent plus leurs infrastructures personnelles comme un pré carré : ils commencent à se tourner vers le partage et l'externalisation, pour se consacrer à des problématiques plus commerciales.

Certains opérateurs comme Vodafone ou Telefonica commencent à partager leurs infrastructures. Une initiative loin d'être anodine, souligne Unstrung Insider et TechWeb's Light Reading dans une étude. Elle analyse les évolutions du marché en ce qui concerne cette démarche, et en particulier l'intérêt grandissant pour l'externalisation de la gestion des réseaux. Le partage s'appliquerait notamment au niveau du réseau d'ondes radio, du roaming et du spectre. "Lors de la création du réseau 3G, le partage des tours et de certaines installations électriques est devenu un sujet délicat", explique John Blau, research analyst chez Unstrung Insider et auteur du compte-rendu.
Une opportunité pour d'autres acteurs
"Ce, dans la mesure où les opérateurs, surtout en Europe, aspiraient à effectuer des économies, après avoir dépensé des milliards dans les licences pour le spectre". Ce glissement permettra aux opérateurs de se concentrer sur d'autres problématiques, comme le développement et la vente des services et du contenu. Autre avantage : ce redécoupage crée de fortes opportunités de développement pour d'autres acteurs, comme les petits opérateurs. "En déléguant la gestion des réseaux, les opérateurs permettront également aux compagnies et partenaires qui prendront leur suite de se développer", poursuit John Blau.
Se concentrer sur d'autres problématiques
Pour rappel : les opérateurs des pays développés ont longtemps refusé de mettre en commun leurs installations. Ou alors, ils ne partageaient que des éléments passifs, non électriques comme les pylônes. L'étude rapporte les initiatives de certains d'entre eux, pour qui les infrastructures comme le nerf de la guerre : T-Mobile International ou Hutchison Telecommunications International commencent ainsi à partager des composants électriques. Pour mener leur étude, les deux sociétés ont notamment observé les stratégies sur le sujet d'entreprises comme Alcatel-Lucent, Ericsson, Nokia Siemens ou encore Orange et Vodafone.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas