Partitionner les réseaux ad hoc mobiles les rend plus efficaces

Par 17 mars 2010 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

En divisant un réseau en régions et en associant à chaque noeud un serveur référent, des chercheurs français veulent simplifier l'acheminement des données d'un utilisateur à un autre.

Par définition, les réseaux mobiles ad hoc (Manet) sont mouvants, ce qui pose des défis importants en termes de protocole de routage. Comme les noeuds du réseau - en fait ses différents utilisateurs - bougent sans arrêt, le système peine à définir les parcours d'acheminement des données. La solution Predictive Hierarchical Location Service (PHLS), et proposée par une équipe de chercheurs français*, consiste à partitionner le réseau en régions de plus en plus petites. Chaque niveau de taille correspondant à un niveau hiérarchique. Pour chaque région ou sous-région, l'un des nœuds du réseau devient le référent et sera considéré comme leur serveur de localisation. "Pour le désigner, on utilise une fonction dont les variables sont les identifiants des noeuds de la zone", explique à L'Atelier Selma Boumerdassi, qui a participé au projet.
Interroger le serveur référent pour connaître la position du noeud destinataire
L'essentiel étant que tous arrivent au même résultat et obtiennent le même référent", poursuit-elle. Tous les noeuds d'une même cellule devant être capables de communiquer entre eux, il est nécessaire que la taille de celle-ci n'excède pas la portée radio. Lorsque le réseau s'initialise ou lorsqu'un mobinaute le rejoint, l'ensemble des noeuds entrent en contact avec leur référent en indiquant différentes informations en rapport avec leur position. Pour que cela soit possible, chaque utilisateur doit posséder un identifiant unique et être doté d'un GPS ou d'un système équivalent. De fait, lorsqu'un utilisateur désire envoyer un message à un membre donné du réseau, il lui suffit d'interroger son serveur local pour connaître la position exacte de celui-ci dans le réseau.
Le changement de direction pas encore pris en compte
Ensuite, il suffit aux noeuds de changer de serveur référent à chaque fois qu'ils quittent une région. Le système proposé par les chercheurs français s'inspire en fait de deux méthodes existantes qu'elle fusionne : Hierarchical Location Service et Predictive Location Service. La première introduit la notion de cellules et de régions organisées de manière hiérarchique. La seconde méthode vise à prédire la position d'un noeud en fonction de sa dernière position connue et de sa vitesse de déplacement. Les chercheurs expliquent qu'à l'heure actuelle les changements de direction ne sont pas pris en compte par ces protocoles ni par celui qu'ils proposent. Ils entendent à présent travailler sur cette question.
*de l'université Pierre et Marie Curie, le Conservatoire National des Arts et Métiers et de Télécom SudParis.

Haut de page

1 Commentaire

donnez tout les information sur le reseaux adhoc(mobile.

Soumis par étude (non vérifié) - le 03 juillet 2010 à 10h28

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas