Le passeport, premier vecteur de numérisation des documents d'identité

Par 18 septembre 2007

Stimulé par l'engouement pour les e-passeports, le marché des documents d'identité numériques devrait connaître une importante croissance ces prochaines années...

Stimulé par l'engouement pour les e-passeports, le marché des documents d'identité numériques devrait connaître une importante croissance ces prochaines années.
 
Le marché des passeports numériques sans contact devrait atteindre 300 millions de dollars en 2012, annonce ABI Research. Et cette somme ne représente que la partie émergée de l'iceberg. Le marché total de l'écosystème lié aux documents d'identité électronique - logiciels, fournisseurs de services, cartes d'identité, etc. - devrait pour sa part représenter la somme rondelette d'un milliard de dollars à la même date. Selon le cabinet, ce sont les e-passeports, lancés par le gouvernement américain puis repris par de nombreux pays, qui ont initié le mouvement de la numérisation des documents d'identité.
 
Les cartes d'identité suivent la voie des e-passeports
 
"En plus de stimuler la croissance du marché des technologies sans contact, l'engouement pour le e-passeport facilite également l'adoption de la technologie au sein d'autres documents d'identité nationaux comme la carte d'identité ou le permis de travail", explique Jonathan Collins, analyste senior pour ABI. "Le potentiel des cartes d'identité sans contact dépasse même clairement celui de l'e-passeport", ajoute-t-il. En marge de cette croissance, de nouvelles technologies de sécurité numérique devraient émerger. Ainsi, le Department of Homeland Security (DHS) américain teste actuellement les usages possibles et la fiabilité de la technologie RFID UHF (Ultra Haute Fréquence) à sa frontière avec le Canada.
 
La RFID laisse sceptique
 
Cette dernière, développée dans le but de fournir des tags RFID à bas prix, est censée pouvoir transmettre un certain nombre d'informations sans nécessiter de systèmes de sécurité embarqués ou de contact avec un dispositif de lecture. Intérêt majeur de ces cartes d'identité RFID : employer la technologie sans-fil pour augmenter le niveau de sécurité et rendre plus rapides le passage aux frontières. Mais, estime Jonathan Collins, "la technologie RFID n'est pas adaptée aux normes de sécurité requises pour les documents d'identité et pourrait soulever certaines préoccupations chez les utilisateurs, comparé aux transpondeurs à haute fréquence", conclut Jonathan Collins.
 

Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas