La passerelle domestique d'Angelis rend leur indépendance aux seniors

Par 31 décembre 2009
Mots-clés : Smart city

Une batterie de capteurs implantés au domicile des personnes âgées permet de s'assurer de leur bonne santé sans perturber leur quotidien. En cas de signaux alarmants, proches et professionnels sont prévenus.

Pour faire face au vieillissement de la population et éviter les hospitalisations prolongées, la télémédecine s’impose peu à peu. Une jeune entreprise française, Isitek, propose Angelis, un ensemble de solutions destinées à faciliter le suivi des personnes âgées à leur domicile tout en leur conservant un maximum d’indépendance. Pour cela, une batterie de capteurs sont installés au domicile de la personne pour détecter plusieurs situations. Il peut s’agir d’une situation de détresse au sol, par exemple suite à une chute ou un malaise, un niveau d’activité anormalement faibles, des variations anormales du poids ou encore le non-respect des traitements prescrits. Tous ces capteurs sont installés de manière à être le plus discret possible et à ne pas stigmatiser la vulnérabilité des personnes concernées.
Des capteurs qui ne nécessitent aucun entretien par le patient
Ils sont de préférence intégrés aux objets du quotidien. Plus important encore, ils ne nécessitent aucun entretien ou même attention de la part du patient. Les informations recueillies par les capteurs sont transmises à une passerelle domestique, en fait un cadre photo numérique tactile, qui les traite et les analyse. Au besoin, elle émet une alerte vers une plate-forme de « Téléveillance ». L’alerte est alors traitée, les différents indices sont recoupés et au besoin les services compétents sont contactés. Ces paramètres sont définis par le bénéficiaire ou son entourage lors de la mise en place du système. Selon les cas, il peut s’agir de professionnels, de proches d’un centre de téléassistance. Enfin, la plate-forme s’assure en permanence que les différents capteurs installés fonctionnent correctement.
Des services additionnels pour faciliter l’acceptation
Pour respecter autant que possible la vie privée des patients, les informations transmises se réduisent au strict minimum. Un tel système permet d’éviter tout recours abusif aux services d’urgences. L’entreprise rappelle que 70% des appels reçus par les numéros d’urgence sont dits de « convivialité ». La passerelle sert également d’interface d’échange, de suivi et de coordination aux professionnels de la santé et à la famille. Pour faciliter encore son acceptation par la personne suivie, elle peut également être équipée de services additionnels comme la météo, des photos de la famille ou des proches, des informations sur les transports en commun...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas