Les pauses à répétition font perdre 588 milliards de dollars par an aux entreprises américaines

Par 07 novembre 2005

Ragots, discussions, coups de fil, e-mails à n'en plus finir et messages urgents représentent une perte de 588 milliards de dollars sur une année pour les entreprises américaines! Une étude de...

Ragots, discussions, coups de fil, e-mails à n'en plus finir et messages urgents représentent une perte de 588 milliards de dollars sur une année pour les entreprises américaines! Une étude de Basex nous apprend que 28 % du temps de travail quotidien de l'employé est gâché par des interruptions incessantes.

Basex a interrogé 1000 "knowledge workers" (employés qui travaillent devant un écran d'ordinateur) entre juin 2004 et janvier 2005. Leur conclusion est affolante : 2 heures sont perdues chaque jour. Aux Etats-Unis, il y a 56 millions de "knowledge workers" qui gagnent en moyenne 21 dollars de l'heure et travaillent 238 jours par an. C'est ainsi que Basex comptabilise les pertes annuelles à 588 milliards de dollars.

"La tendance des deux dernières décennies nous permet de penser que l'impact des interruptions augmentera de 5 % par an. Si ce problème n'est pas pris en main, en 2031, l'inefficacité des travailleurs sera totale", explique le rapport.

"Il y a vingt ans, les interruptions étaient beaucoup moins problématiques parce qu'il y avait beaucoup moins de moyens de les occasionner et qu'on pouvait y remédier facilement. Il suffisait de fermer la porte et de ne plus répondre au téléphone et c'était résolu", commente le rapport de Basex.

Dans une interview au Mercury News , Jonathan B. Spira, le directeur de Basex, a déclaré que les entreprises devaient former leurs employés pour qu'ils évitent ces interruptions incessantes. "Cela peut être aussi simple que de désactiver l'alerte de la messagerie à chaque nouveau message, ou séparer l'adresse e-mail professionnelle de l'adresse e-mail personnelle", ajoute-t-il.

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas