Les pays émergents, un marché à fort potentiel pour les marques

Par 24 février 2012
Mots-clés : Smart city, EMEA
business man et mappemonde

Les pays à forte croissance ont un rapport particulier aux réseaux sociaux et à internet. L'utilisation de ces médias est plus intense que dans les pays développés et se fait d'abord sur mobile. Ce qui nécessite d'adapter les stratégies digitales.

Où sont les véritables opportunités de croissance pour les entreprises actuellement ? Dans les pays émergents, qui sont largement ouverts à l'utilisation des réseaux sociaux, bien plus, même, que les pays développés. En effet, quand 15% des internautes français considèrent que les réseaux sociaux sont un bon endroit pour acheter, contre 25% aux Etats-Unis, cette part atteint 59% en Inde. Plus prompts à utiliser les réseaux sociaux, les pays émergents sont également plus ouverts aux marques sur ce canal. Aux Etats-Unis, 60% des internautes déclarent ne pas vouloir être dérangés par les marques sur les réseaux sociaux, alors que cette proportion diminue en Inde (49%), en Malaisie (46%) ou en Indonésie (41%). C'est ce que montre l'étude Digital Life de l'institut TNS-Sofres. Frédérique Bonhomme, directrice de projet au sein de la Digital Factory chez TNS-Sofres, explique à l'Atelier que si les pays occidentaux "se connectent déjà depuis longtemps et sont passés par différents usages du web", les pays émergents "sont entrés directement et récemment par les réseaux sociaux et en attendent plus de services".

 

L'avenir du mobile se confirme dans les pays émergents

Autre différence de taille entre les pays émergents et les pays occidentaux : l'accès à internet. En effet, dans les pays en développement, l'avenir est dans le mobile. En Afrique du Sud, 68% des internautes se sont connectés à internet via leur mobile dans la semaine précédent l'enquête. De même, si 12% des internautes néerlandais affirment qu'ils préféreraient utiliser plus leur mobile pour accéder à internet, ils sont 16% en Chine et 69% au Ghana. Pas forcément pour une question de facilité d'usage puisque la part des internautes désirant utiliser plus leur mobile si cela était plus facile et plus pratique augmente à 34% aux Pays-Bas contre 54% en Chine et 82% au Ghana. En revanche, la préférence de l'accès à internet via le mobile dans les pays à forte croissance peut s'expliquer par l'état de développement des infrastructures, comme l'accès à un ordinateur. Pour Frédérique Bonhomme, il y a "des différences, en fonction des pays, de pénétration d'internet". Mais pas seulement puisque "certains pays ont une infrastructure peu développée qui favorise l'usage du mobile". 
 

Mettre en place des stratégies adaptées

Les marques ne doivent donc pas adopter une seule approche digitale. En effet, toutes les populations n'ont pas le même accès à internet, et surtout n'en ont pas le même usage. Par exemple, faire de la publicité aux Pays-Bas où 12% des internautes cliquent, de manière hebdomadaire, sur des bannières publicitaires, n'est pas la même chose que faire de la publicité en Chine où 46% des internautes le font. Il est plus judicieux, et surtout plus efficace, de "mettre en place des stratégies adaptées aux différences ou aux pays", précise Frédérique Bonhomme. Ce qui revient d'abord à cibler les profils ou les marchés que l'on cherche à toucher pour faire émerger une marque de ce que la directrice de projet de Digital Life nomme "le bruit digital".

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas